Une fois n’est pas coutume, Abidjan a célébré la paix et la réconciliation par le football. Samuel Eto’o, Djibril Cissé, Aruna Dindane, Georges Weah, Abedi Pelé… ils ont tous participé à la fête organisée samedi et présidée par le chef de l’Etat Laurent Gbagbo. Il ne manquait que le meilleur footballeur africain de l’année, Didier Drogba, blessé.


Une équipe de football composé des Forces armées ivoiriennes et des Forces nouvelles, opposée aux soldats des Nations Unies et de l’Opération française Licorne…?! Cela s’est déroulé samedi dernier, à Abidjan, dans le cadre du gala international pour la paix et la réconciliation en Côte d’Ivoire, organisé par la fondation Akralé (entraidons-nous). Les premiers, qui se sont affrontés depuis le 19 septembre 2002 jusqu’à la signature de l’accord de paix de Ouagadougou, le 4 mars 2007, dans une guerre qui a divisé la Côte d’Ivoire en deux, ont écrasé les deuxièmes sur le score de 6 à 0.

Mais les 30 000 spectateurs qui s’étaient massés dans le stade Houphouët Bouagny étaient là pour l’autre match. Celui qui a opposé la star camerounaise Samuel Eto’o, le français d’origine ivoirienne Dibril Cissé, les Ivoiriens Boubacar Sanogo, Aruna Dindane et Kader Keïta, aux anciennes gloires du continent, Abedi Pelé, Patrick Mboma, Alain Gouaméné, Gadji Celi ou encore Titi Camara. L’équipe des anciens, emmenée par le Libérien Georges Weah, s’est imposée aux tirs au but (5-4) face à la sélection de Samuel Eto’o, après que six buts (3-3) ont été inscrits à la fin du temps réglementaire. La fête aurait été encore plus belle avec un Didier Drogba aligné aux côtés de Samuel Eto’o, mais l’attaquant de Chelsea a été opéré du genou le 8 décembre dernier.

« Il faut que les Ivoiriens oeuvrent véritablement pour la paix »

« C’est féerique, s’est exclamé le président Laurent Gbabgo, qui a remis un prix à son nom aux vainqueurs. La Côte d’Ivoire fête le retour de la paix, tous les enfants d’Afrique sont venus fêter cette paix ». L’ancien candidat à la présidentielle libérienne, Georges Weah, en homme politique, s’est réjoui du fait que « le football réuni les gens. Mais ce n’est qu’un symbole, a-t-il ajouté. Il faut que les Ivoiriens oeuvrent véritablement pour la paix tant recherchée ».

Pour participer au gala, Samuel Eto’o a manqué le premier entraînement du FC Barcelone après la trêve de Noël, avec l’autorisation de la direction du club, alors que qu’il va bientôt rejoindre sa sélection pour préparer la Coupe d’Afrique des Nations. Il a également fait l’impasse sur le match qui a opposé les Lions Indomptables à une sélection de la région de Galice, le 27 décembre (1-1). C’était là sa « contribution au processus de réconciliation qui doit restituer la paix en cote d’Ivoire » et qui est « un problème commun au continent africain », a-t-il expliqué.

Droits photo : Fraternité Matin