Khalilou Fadiga, le Sénégalais, fait partie du trio offensif qui font des Auxerrois l’une des meilleures attaques de la première division française. Excellent technicien malgré sa taille, finisseur et passeur, ce joueur complet forme avec Kappo et Cissé un trio ravageur. Fadiga se révèle au monde. Et ça fait mal.


A première vue, Khalilou Fadiga ne paye pas de mine. Pas de quoi impressionner des défenseurs aguerris aux joutes hebdomadaires de la première division et même des championnats européens pour certains. Certes, le joueur est gaillard, mais on a en vu d’autres. Mais c’est là que vient la surprise. On dit de ne pas réveiller un lion qui dort. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que Fadiga s’est réveillé cette saison. Il est un des ténors de l’équipe du Sénégal, qualifiée pour la première fois de son histoire pour les phases finales de la Coupe du Monde et de la Coupe d’Afrique. Fadiga est non seulement doté d’un physique d’athlète, mais aussi d’un excellent toucher de balle. Demandez aux portiers de Marseille et de Montpellier. Mais Fadiga est aussi un joueur de sang-froid, preuve ses deux penaltys inscrits cette saison, un contre Nantes et l’autre contre Guingamp.

La gloire au bout du chemin

Son chemin ne fut pas une longue route tranquille. A priori, rien ne prédisposait ce gamin du quartier de la Goutte d’Or, dans le 18e arrondissement de Paris, à finir un jour sous les projecteurs de l’élite du football. Bien que très doué, son parcours fut laborieux. Il commence curieusement à jouer sous les couleurs du club belge le RFC Liège durant la saison 94/95. Il reste seulement une saison dans le club liégeois. Il est ensuite transféré pour deux saisons au SK Lommel où il marque le maigre total de 2 buts en 48 match. Il part ensuite pour le FC Bruges où il évolue durant 3 saisons. Au début de la saison 1999/2000, il est transféré à Auxerre où ses mauvais rapports avec l’entraîneur Daniel Rolland nuisent à son épanouissement.

Mais heureusement pour lui et pour le club, Guy Roux a eu le nez creux et lui a accordé sa confiance. Et la suite, on la connaît, et le championnat est loin d’être terminé. Quant à la Coupe, elle est pour bientôt. Fadiga promet de faire des étincelles.