Adagio Tata Avlessi, l’homme d’affaires et président du club de première division togolaise, l’US Masseda, a été élu mardi 9 janvier nouveau président de la Fédération togolaise de football (FTF), en remplacement du président sortant, le lieutenant-colonel Rock Gnassingbé.


Adagio Tata Avlessi a été élu mardi 9 janvier, à Lomé, nouveau président de la Fédération togolaise de football (FTF), après le second tour du vote des délégués présents aux élections statutaires de la FTF, a constaté l’Agence de Presse Africaine (APA). Quatre candidats étaient en course pour ce poste de président de la FTF.

Tata Avlessi, homme d’affaires et président de l’Union sportive de Masséda, un club de première division togolaise, âgé de 41 ans, a obtenu 24 voix contre 14 à l’ancien Premier ministre, Kodjo Agbéyomé et 8 au président sortant, le colonel Rock Gnassingbé, frère du président du chef de l’Etat du Togo et fils du général Eyadema. Tata Avlessi a profité de la rivalité des deux derniers candidats pour s’imposer.

Quatrième candidat en lice, Auguste Sagbo, président de l’Agaza de Lomé, autre club de l’élite du football togolais a été éliminé au 1er tour de scrutin, avec 2 voix. De son côté, Espoir Komlan Assogbavi, l’un des quatre membres de la FTF ayant démissionné de leur poste au lendemain du Mondial-2006 en Allemagne, a été réélu au poste de secrétaire général de cette structure.

La gestion de Rock Gnassingbé critiquée

En ouverture de ce congrès extraordinaire, le ministre de la Jeunesse et des Sports du Togo, Richard Atipoe, a lancé aux délégués : « Je n’accepterai plus que l’image du Togo soit ternie par le sport ». Cette déclaration vise Rock Gnassingbé, le président sortant de la FTF, dont la gestion a été vivement critiquée dans les milieux sportifs togolais, notamment lors des coupes d’Afrique des Nations et du Mondial 2006.
« Le football togolais a besoin de dirigeants et d’une gestion professionnelle », a ajouté le général Seyi Menene, président de la commission électorale indépendante créée par la FIFA pour organiser le congrès.

Au total, douze membres dont cinq conseillers ont été élus par quarante-sept délégués des clubs de première division, de deuxième division et des ligues, lors de ce congrès tenu dans un grand hôtel de Lomé sous haute surveillance policière.

Le Tunisien Slim Aloulou, membre exécutif de la Confédération africaine de football (CAF) et le Belge Jans Peters, membre de la Commission de discipline de la Fédération internationale de football (Fifa) ont assisté à ces élections statutaires organisées et supervisées par une Commission électorale indépendante (CEI). Pour Jans Peters, représentant de la FIFA, tout a été mis en œuvre pour une élection démocratique et transparente. « Nous avons voulu une transparence complète et totale pour le vote », a-t-il déclaré.