Réné Ndemezo’Obiang, ministre gabonais du Sport, au cours d’une conférence de presse qu’il a animé samedi dernier à Libreville a annoncé la décision du gouvernement gabonais de maintenir à la tête de l’équipe nationale de football du pays, l’ancien milieu de terrain des Bleus, Alain Giresse. Ce dernier avait jeté l’éponge, le 18 mai dernier, après avoir été hué par les supporters gabonais, déçus par la cuisante défaite de leur équipe face au Cameroun. Ramené aux commandes, il prépare le match qui doit se dérouler, samedi, à domicile contre le Lesotho comptant pour les éliminatoires combinées CAN et Coupe du monde 2010


Notre correspondant à Libreville

Alain Giresse avait rendu publique sa décision de quitter son poste de sélectionneur national à la suite de l’élimination des panthères du Gabon par les lions indomptables du Cameroun (2-0), ici même à Libreville dans un match comptant pour la phase éliminatoire du championnat d’Afrique des nations des locaux (CHAN) qui sera organisée en Côte d’Ivoire l’année prochaine. « J’ai été soumis à la vindicte populaire. Je ne me sens pas en sécurité. Nous avons été menacés, il a fallu que les forces de l’ordre nous sortent du stade, et j’étais le premier visé », avait-il expliqué pour justifier son départ.

La défaite de la sélection nationale avait déçu profondément les amoureux du ballon rond gabonais, d’autant plus que deux semaines avant, les panthères avaient battu les Lions indomptables du Cameroun sur leurs propres installations, à Yaoundé, par un score de 2 buts à 1. Cette victoire quoique étriquée avait suffi pour susciter l’espoir dans les milieux sportifs gabonais. « Nous n’étions plus loin de la qualification. Le chemin de la Côte d’Ivoire était presque ouvert pour notre onze national. Malheureusement notre équipe a manqué de réalisme», nous a confié, indigné, un supporteur des Panthères.

Alain Giresse avait été recruté en 2006 pour prendre en charge la destinée des Panthères, avec pour objectif principal la qualification du Gabon à la CAN 2008, au Ghana. Cet objectif n’a pas été atteint, et les Panthères peinent toujours à trouver le chemin du salut. Mais beaucoup d’observateurs de notre football estiment malgré ces maigres résultats qu’il faut quand même mettre à l’actif de l’ancien milieu de terrain des Bleus le travail de détection des joueurs gabonais de la diaspora et les efforts non moins importants accomplis pour leur insertion dans les différents championnats européens. Aussi, le retour en sélection de Daniel Cousin, capitaine de l’équipe et sociétaire des Glasgow Rangers (Ecosse), et la forte mobilisation des joueurs professionnels dans la perspective de la rencontre de samedi prochain qui opposera, à Libreville, les Panthères à l’équipe nationale du Lesotho sont autant d’éléments qui ont certainement influencées la décision de reconduire Alain Giresse à la tête de la sélection nationale.

Giresse, un atout pour la stabilité de l’équipe

Le départ d’Alain Giresse de la tête des Panthères en ce moment aurait contribué à plonger davantage le football gabonais dans la tourmente et ne saurait, selon le ministre des Sports, motiver « la participation massive des internationaux gabonais aux éliminatoires couplés de la Can et de la coupe du monde 2010. » L’ancien entraîneur du FC Toulouse et du Paris Saint-Germain (PSG) a déclaré, quant à lui, qu’il avait obtenu après l’épisode camerounais les garanties nécessaires des autorités gabonaises pour revenir à son poste. « Ces attaques m’ont marqué, j’étais isolé. Mais j’ai reçu un soutien fort », a-t-il expliqué à la presse internationale.

Le football gabonais se porte mal au regard des mauvais résultats enregistrés par les Panthères ces dernières années. Pour le président de l’association des footballeurs gabonais, Valery Ondo, ces mauvais résultats sont imputables à l’amateurisme et à l’improvisation qui caractérisent les organes chargés de la gestion du football gabonais.

Rappelons que le Gabon organise conjointement avec la Guinée Equatoriale la Can 2012 et que le gouvernement gabonais est déjà engagé dans des projets de construction des infrastructures sportives dans la perspective de cette grande rencontre sportive panafricaine.