A en croire l’interview qu’il a donnée à Frat’mat’, le nouvel entraîneur de l’Africa d’Abidjan arrive bardé de certitudes dans le club-phare de la Côte d’Ivoire.


Depuis mardi, l’Africa Sports d’Abidjan, récemment défait en demi-finale de la Ligue des Champions par l’Espérance de Tunis, est doté d’un nouvel entraîneur en la personne de Franco Cucinotta, le technicien suisse italophone qui vient de vivre une belle saison avec le Satellite FC. Pour l’Africa, Cucinotta doit être le sauveur, à l’issue d’une saison en tous points décevante face aux autres grands d’Afrique, et d’abord face au grand rival ivoirien, l’ASEC Mimosas.

L’intéressé s’est confié à Fraternité-Matin, sans hésiter parfois à faire son intéressant :  » Je dois dire que j’avais une offre de l’Espérance Sportive de Tunis, avec des conditions matérielles fantastiques, mais j’ai regardé tout cela de haut.  »

Le bénéfice du doute

Pourtant, Cucinotta est  » un homme humble  » et le précise lui-même pour ceux qui n’auraient pas compris. Humble, cela ne veut pas dire inconscient de sa  » rigueur « , de sa  » vision « , de son  » style « . Toute cette science, l’entraîneur est prêt à la partager :  » J’avancerai avec ceux qui aiment mes méthodes de travail. Ceux qui vont s’y opposer vont s’éliminer d’eux-mêmes.  » Car Cucinotta n’est pas non plus la proie d’un doute excessif sur la valeur de ses choix :  » Je préfère réussir avec mes idées que perdre avec celle des autres.  »

On le taquine un peu, Cucinotta le tonitruant. Mais on sait aussi que certains journalistes, parfois, en rajoutent un peu, et on aimerait laisser au technicien helvétique le bénéfice du doute. Et puis, qui lui reprocherait de redonner un peu de couleur aux Rouges et Verts ?