Sans argent pour préparer les prochaines qualifications pour la Coupe du monde 2002, l’équipe nationale de football malawite se contentera d’affronter samedi, en match amical, une sélection de joueurs de son propre pays.


L’échéance approche. Le 28 janvier prochain, l’équipe nationale de football malawite doit de déplacer en Guinée pour son premier match de qualification pour la Coupe du monde de football 2002. Mais faute de moyens pour organiser des rencontres amicales internationales, les Flammes du Malawi affronteront samedi, en guise de préparation, une équipe nationale bis constituée par la presse.

Kim Splidsboel, le tout nouvel entraîneur danois de la sélection nationale, nommé il y a trois semaines à peine, fait contre mauvaise fortune bon coeur. C’est à sa demande que des journalistes sportifs locaux ont mis sur pied un nouveau onze pour donner le change, samedi, à l’équipe officielle.

Des invités qui font faux bond

Pourtant, la Zambie et le Lesotho avaient été conviés sur les pelouses malawites pour se mesurer à ses Flammes. Mais le premier a préféré l’Egypte pour préparer son math de qualification en Coupe d’Afrique des Nation contre le Nigeria (perdu à Lagos 1 à 0 le week-end dernier), tandis que l’autre n’a pu se rendre sur place en raison de problèmes financiers.

La rencontre de samedi fera figure de match test pour Kim Splidsboel pour évaluer les forces en présence.  » Il pourrait même réajuster son effectif en fonction de la prestation des 22 joueurs sur le terrain « , confie une journaliste sportive du Daily Time. Des places en équipe nationale restent à prendre.

Et le nouveau coach n’aura pas trop des meilleurs hommes en forme du moment pour aller défier chez elle la Guinée à la fin du mois. Première de la poule E, devant l’Afrique du Sud, le Burkina Faso (ex aequo avec le Malawi) et le Zimbabwe bon dernier avec un zéro pointé au compteur. La formation guinéenne n’a encaissé que deux buts dans ces phases qualificatives.

De quoi faire trembler les Flammes qui espèrent pourtant allumer les feux de la victoire.