nasri-bleu.jpg

Cinq nouveaux joueurs ont rejoint l’équipe de France de football, profitant d’une série de blessures de ses cadres. Nasri, Diaby, Diarra, Piquionne et Benzema, qui n’avait pu honorer une première sélection en novembre dernier, ne pourront pas tous faire leurs débuts contre la Lituanie, samedi, en qualifications à l’Euro 2008. Mais le match amical face à l’Autriche programmé mercredi leur sera plus ouvert.



 Samir Nasri

Samir Nasri n’a que 19 ans. Cela fait pourtant trois ans que les spécialistes du football font son éloge et le présentent, pour les moins imaginatifs, comme le « nouveau Zidane ». Au contraire des autres néo-Bleus de sa génération, le meneur de jeu dispose d’un temps de jeu régulier et conséquent depuis son intégration à l’équipe première de l’Olympique de Marseille, en 2004, où il a été formé (24 matchs en 2004/2005, puis 30 et déjà 28 matchs cette saison). C’est cette même année qu’il a remporté le championnat d’Europe des moins de 17 ans, en se montrant irrésistible tout au long du tournoi et en inscrivant le but de la victoire en finale.

nasri-bleu.jpg« Pour le protéger », la direction du club phocéen a dans un premier temps décidé d’espacer ses apparitions. Mais cette année est la sienne. Encore plus depuis que Franck Ribéry s’est blessé et que Nasri est le seul dépositaire du jeu de l’OM. Sa convocation : « c’est aussi le résultat de ma progression (…) J’ai gagné en constance depuis le début de l’année 2007 », reconnaît-il. Zinédine Zidane, comparé à Platini à ses débuts, comprend sans doute l’agacement de Nasri et la pression inutilement engendrée lorsque les médias en font son remplaçant. Ce qui n’empêche pas Zizou d’être dithyrambique sur les qualités du minot des quartiers Nord : « il a une intelligence qui, à son âge, est énorme. Il a les deux pieds, la vision du jeu, la vitesse ».

 Abou Diaby

On a coutume de dire que le Paris Saint-germain ne sait ni détecter ni – quand il les détecte – retenir les talents du vaste réservoir que constitue la région Ile de France. L’AJ Auxerre d’André Santini n’a pas été plus éclairée, en 2006, lorsqu’elle a laissé partir Vassiriki Abou Diaby pour Arsenal. Le longiligne milieu de terrain francilien n’avait cette année joué que dix matchs avec le club bourguignon qui l’a formé, mais il était rentré d’Irlande avec le titre de champion d’Europe des moins de 19 ans. « Très fort athlétiquement, il possède un gros volume de jeu avec un sens du dribble largement au-dessus du lot », expliquait Jean Gallice, son entraîneur en sélection, cité par L’Equipe, qui en faisait un « Vieira bis ».

diaby.jpg« Cette convocation, c’est de la folie, c’est une énorme surprise », a avoué Abou Diaby après avoir appris la nouvelle à la télévision. Une surprise partagée. C’est que le jeune joueur revient de huit mois de convalescence suite à une fracture de la cheville contractée en mai dernier et qu’il n’a joué que deux rencontres en championnat d’Angleterre. Mais il revient bien et lors du dernier match, mercredi dernier, il a inscrit le but de la victoire.

 Lassana Diarra

Si Diaby est bien parti pour remplacer Patrick Vieira, parti pour l’Inter de Milan, dans le cœur des supporters d’Arsenal, José Mourinho aimerait que Lassana Diarra en face de même avec Claude Makélélé. A Chelsea, le Champion du monde aurait d’ailleurs pris le jeune milieu défensif sous son aile : « Je suis souvent avec lui, il me conseille tout le temps », se réjouit « Lass ». Comme Diaby, Lassana Diarra est passé entre les doigts des formateurs qui l’ont vu évoluer au Mans ou à Nantes. Avant que les recruteurs des Blues ne le remarquent lors du Tournoi de Toulon 2005, avec l’équipe de France Espoirs, il avait joué 29 matchs en Ligue 2 avec Le Havre.

diarra-lassana.jpgLa surprise, voire la colère de certains supporters des Bleus, était aussi grande de voir Diaby que Diarra sur la liste des sélectionnés. Comme son collègue d’Arsenal, Lassana Diarra n’est pas un titulaire dans son club londonien et il n’a joué que neuf matchs cette année, dont trois en Ligue des Champions. Sur les forums, des supporters du Mali vont jusqu’à imaginer que Raymond Domenech a appelé le jeune joueur afin de rendre toute sélection avec le Mali impossible par la suite. Pourtant, si le jeune franco-malien et parisien du XIXe arrondissement confirme que le Mali continuait jusque là à « discuter » avec lui, il ajoute que son choix était fait « depuis longtemps ».

 Frédérique Piquionne

piquionne.jpgPlus encore que Diaby et Diarra, Piquionne est l’ovni de la sélection. A 28 ans, nombre d’observateurs l’estiment trop vieux pour faire l’avenir de l’attaque tricolore et trop inexpérimenté au plus haut niveau pour que le sélectionneur ne l’utilise rapidement. Mais Frédérique Piquionne est habitué à ne rien faire comme les autres. Après deux échecs avec les centres de formation de Metz et de Clairefontaine, l’attaquant retourne en Martinique où il évolue en Division d’Honneur le week-end et vend des chaussures la journée. Le natif de Nouméa (Nouvelle Calédonie) n’y laisse pourtant pas toutes ses illusions et en 2000, à 22 ans, il revient en métropole, en Ligue 2, à Nîmes. Suivront trois saisons à Rennes, deux et demie à Saint Etienne et enfin Monaco, depuis deux mois et un mercato houleux. Avec 9 buts en 25 matchs, Piquionne réalise sa meilleure saison, lui qui brille également par son jeu collectif et ses passes décisives.

 Karim Benzema

karim-benzema.jpgKarim Benzema n’est pas vraiment un nouveau puisqu’il avait déjà été appelé en équipe de France, en novembre dernier, pour affronter les champions d’Europe grecs en amical. Mais une déchirure à la cuisse l’avait empêché de faire ses grands débuts avec les Bleus et l’a tenu éloigné des terrains durant trois mois. L’attaquant « joker » de l’Olympique lyonnais, Révélation de l’année 2006 pour France Football, a toujours répondu présent lorsque Gérard Houiller a fait appel à lui. Il a marqué six buts depuis le début de la saison dont deux en Ligue des Champions. Il retrouve en sélection pas moins de sept joueurs de l’OL, ce qui lui permet de s’« intégrer plus vite ». Il retrouvera aussi Samir Nasri, le milieu marseillais avec lequel il a gagné le Championnat d’Europe des moins de 17 ans en 2004.