Rien ne va plus pour l’Espérance de Tunis depuis sa défaite, samedi dernier, en finale aller de la coupe d’Afrique des clubs champions. Défait par les Hearts of Oak du Ghana 2-1, à domicile, le club tunisien traverse une grave crise.


A une semaine du match retour, l’Espérance de Tunis est pris dans la tourmente. Le président du club, Salim Chayoub, a déposé sa démission. Harcelé par les supporters déçus par la défaite, il préfère jeter l’éponge. Le staff administratif est déchiré par cette démission. Hier, les membres du conseil d’administration ont refusé le départ volontaire du président.

Ce dernier se réfugie dans le silence, ne confirmant ni son départ, ni son possible retour.  » Il est probable que le président termine la saison. Ce n’est pas un homme à abandonner un navire en naufrage. Mais je ne crois pas qu’il sera là la saison prochaine. Il a été blessé par cette campagne haineuse « , regrette Ali Noureddine, proche des dirigeants de l’Espérance.

Supporters en colère

Le désamour s’est installé entre les supporters et le club. Au match aller, les joueurs étaient hués par un public frustré par la qualité du jeu. Les supporters accusent les dirigeants de vouloir gagner de l’argent sur leur dos en fixant les prix à près de 50 francs. Ils menacent de déserter les tribunes si les prix ne sont pas revus à la baisse.  » Cela me fait mal de donner de l’argent à ces fainéants (joueurs). Ils vivent comme des nababs. Ils nous méprisent. La plupart veulent partir en Europe pour gagner plus de fric », explique Rachid,  » un déçu de l’Espérance « .

Mounir, journaliste sportif, ne croit pas à ce désamour.  » Les Tunisiens ont besoin du football pour vivre. En Tunisie, le foot est aussi explosif que la politique. Les supporters reviendront car ils n’ont pas le choix. Où voulez-vous qu’ils se défoulent ? « .

Le match retour aura lieu le 17 décembre à Accra.