Grâce à la générosité des sponsors, les joueurs de l’équipe nationale sont parmi les mieux payés de la région. Mais gare aux ingrats !


Petrus Damaseb, président de l’Association des football de Namibie (NFA) vient d’annoncer la répartition des primes de match qui seraient distribuées cette année aux joueurs de l’équipe nationale et à leurs dirigeants à l’occasion des matches internationaux. Ces sommes, en constante augmentation, sont la répartition du trésor reçu par la NFA de ses principaux sponsors, en l’occurrence le ministère des sports, les brasseries sud-africaines et la société des minerais namibiens (NAMCO). Elles seront distribuées aux joueurs, aux dirigeants et aux entraîneurs au fil des nombreux matches qui seront disputés dans la saison qui commence. Les lots les plus importants seront attribués à l’occasion des matches officiels, mais aucune partie, quelle que soit son issue, ne s’achèvera sans que des primes soient distribuées.

Une rallonge pour les entraîneurs

Tous les joueurs percevront la même somme. Les primes les plus élevées seront décernées en cas de victoire dans les matches officiels et atteindront 6 900 dollars namibiens (NAD, 1 100 euros). En cas de match nul, les footballeurs percevront 5 400 NAD (860 euros), et même 3 900 NAD (623 euros) après une défaite.

 » Une bonne affaire pour les joueurs et les officiels « , selon Petrus Damaseb. Les membres de la deuxième catégorie auraient mauvaise grâce à se plaindre : les entraîneurs de l’équipe nationale toucheront en effet 9 400 NAD (1 500 euros) après les victoires dans les matches officiels. Le différentiel en leur faveur par rapport aux joueurs sera répercuté dans tous les autres cas de figure.

La manne qui s’abat sur le football national est la conséquence directe de l’engagement de la NAMCO auprès du football namibien l’année dernière. La société nationale avait créé l’événement dans le football d’Afrique australe en dotant les primes de l’année 2000 de 500 000 NAD. Mais si les footballeurs namibiens vont bénéficier de récompenses de plus en plus confortables, ils devront aussi signer un code de bonne conduite. Ce dernier stipulera que le moindre manquement à la discipline de l’équipe entraînera un bannissement à vie de la sélection.