Les Black Stars et Milovan Rajevac, c’est fini. Impatiente de voir le Serbe prolonger formellement au poste de sélectionneur, la Fédération ghanéenne avait donné jusqu’à dimanche à son entraîneur, qui demande une revalorisation, pour donner son accord. Las, Rajevac s’en va et rejoint les pétro-dollars saoudiens.


Milovan Rajevac et le Ghana, c’est une belle histoire d’amour. Le technicien serbe avait mené ses Black Stars en quarts de finale de la Coupe du monde après avoir atteint la finale de la Coupe d’Afrique des Nations. Mais il est temps de tourner la page: Milovan Rajevac a décidé de ne pas prolonger l’aventure.

C’est ce que révèle Ghanasoccernet qui indique que Rajevac s’est engagé en faveur de la formation saoudienne d’Al Ahly Jeddah. La fédération ghanéenne ne serait d’ailleurs pas encore au courant alors qu’elle avait adressé un ultimatum au sélectionneur de 54 ans en début de semaine. Le Serbe avait jusqu’à ce dimanche pour se décider: c’est fait, ce ne sera pas le Ghana.

Les Baby Black Stars orphelins

Selon la presse locale, l’entraîneur et son agent auraient passé la semaine en Arabie Saoudite afin de finaliser les derniers détails de l’arrivée du désormais ex-sélectionneur des Black Stars. Contrairement à la GFA, qui lui proposait 4 ans de contrat, le club saoudien et Rajevac se sont mis d’accord pour une pige d’un an. Mais 3,5 M€ tout de même. Bien loin des 500 000€ proposés par l’instance dirigeante du football ghanéen.

Rajevac avait pourtant indiqué son envie de continuer à s’asseoir sur le banc de la sélection ghanéenne: « Même si j’ai reçu d’autres offres, je veux continuer mon travail ici. Je suis heureux au Ghana. Je n’ai jamais parlé d’argent. Et personne ne l’a fait. Ni la fédération ni moi n’avons évoqué un problème d’argent. » Mais, semble-t-il, l’ultimatum adressé par Kwesi Nyantakyi, le président de la GFA, à son sélectionneur et le manque de moyens mis à sa disposition ont rebuté le technicien serbe. Voilà donc les Black Stars sans personne à la barre, à un mois d’une rencontre face au Soudan, décisive dans l’optique de la CAN 2012. Nulle doute, cependant, que cela ne durera pas tant le potentiel des Black Stars d’Ayew, Essien, Gyan et Mensah est alléchant.