Il y a près d’un an jour pour jour, Amadou Diaby, alors vice-président de la Fédération guinéenne de football (Feguifoot), était reconnu coupable de corruption par la chambre de jugement de la commission d’éthique indépendante de la Feguifoot qui lui avait infligé une suspension de 7 ans, dont 5 ans ferme, et une amende de 25 000 euros. Le dirigeant était accusé d’avoir perçu une commission de 10% sur le salaire du sélectionneur de l’époque, Paul Put, pour sa part sanctionné d’une interdiction à vie d’exercer en Guinée.

Mais, ce jeudi, coup de théâtre, puisque le Tribunal arbitral du sport, saisi par Diaby, a annoncé que la requête du Guinéen est recevable. Par conséquent, «la cause est renvoyée à la commission d’éthique de la Fédération guinéenne de football pour nouvelle instruction dans le sens des considérants et nouvelle décision». En d’autres termes, Diaby pourrait récupérer son poste de numéro 2 de la Feguifoot.