Drame en Algérie. Albert Ebossé Bodjongo est mort. L’attaquant camerounais de la JS Kabylie a succombé samedi soir à un jet de pavé en provenance des tribunes à l’issue du match de la 2e journée du championnat opposant les Canaris à l’USM Alger (1-2).


C’est une bien triste nouvelle comme nous aimerions que jamais le football ne nous en apprenne. Samedi, Albert Ebossé Bodjongo est mort sur un terrain, victime d’un pavé jeté depuis les tribunes qui l’a touché en pleine tête.

L’attaquant camerounais de 24 ans venait de s’incliner au stade du 1er novembre de Tizi Ouzou avec la JS Kabylie face à l’USM Alger (1-2). Il avait inscrit le seul but de sa formation sur penalty (28e). Souffrant d’un traumatisme crânien, il n’a pas survécu après son transfert au CHU, qui jouxte le stade.

Match choc de la deuxième journée du championnat, JSK-USMA opposait le deuxième du dernier exercice de Ligue 1 au champion. Mécontents du revers des Canaris pour leur première sortie à domicile en 2014/15, les « supporters » de la JSK ont jeté des objets de toute sorte en provenance des tribunes. Dont un pavé, fatal au Lion Indomptable (6 sélections).

L’ancien pensionnaire de Coton Sport avait terminé meilleur buteur du dernier championnat avec 17 réalisations. Samedi dernier, lors de la première journée, il avait encore fait trembler les filets pour la JSK et contribué à la victoire des Canaris 2-0 sur la pelouse du MC Oran. Mais, les supporters ont la mémoire courte, c’est bien connu… Le nom d’Albert Ebossé devra, lui, ne pas être oublié. Victime d’une violence qui gangrène depuis trop longtemps les stades algériens. Des mesures chocs des autorités sont attendues.

Hommage à un grand footballeur, victime aujourd’hui même de la folie des hommes.

 Reportage vidéo sur la première saison d’Albert Ebossé avec la JSK

 Le best-of des buts inscrits par Albert Ebossé avec les Canaris

 Sur le même sujet :

Les réactions : Hommages et condamnations unanimes.

Le portrait du Camerounais : le destin tragique d’Albert Ebossé, fauché en pleine ascension.

Le témoignage d’un coéquipier : « c’était leur joueur préféré mais ils l’ont tué… »