Pour finaliser le rachat du Havre, club de Ligue 2 en France, Christophe Maillol a créé une société en Côte d’Ivoire et ouvert un compte auprès de la Banque Islamique de Mauritanie. Complexe et exotique, ce circuit financier sort largement des sentiers battus.


Quel est le point commun entre Le Havre, doyen des clubs français, la Côte d’Ivoire et la Mauritanie ? Aucun à priori. Pourtant il y en a bien un, qui se nomme Christophe Maillol. Depuis le mois d’août, l’ancien rugbyman promet le rachat du HAC (Le Havre Athletic Club) mais son acquisition du club est sans cesse repoussée. L’homme d’affaires peine à fournir les garanties bancaires nécessaires pour la transaction : 7 millions d’euros pour le rachat du club à ses actionnaires actuels et 13 millions d’euros d’investissements (dont le fameux recrutement de l’international brésilien Adriano), soit 20 millions d’euros au total.

Pourtant, mardi dernier, à l’issue d’un passage devant la Direction Nationale de Contrôle de Gestion (DNCG), Christophe Maillol s’est montré soulagé, après ses rachats avortés des clubs de Nantes, Grenoble et Nîmes. Le gendarme financier du football français est prêt à lui donner son feu vert et n’exige plus que des « documents complémentaires » selon lui.

20 millions d’euros

Pour atteindre son objectif, Christophe Maillol a emprunté un circuit pour le moins original. S’appuyant sur des associés tantôt présentés comme Ivoiriens, tantôt présentés comme localisés en Floride aux Etats-Unis, l’homme d’affaires a créé la société Maillol Sport Investments (MSI), basée à… Abidjan, en Côte d’Ivoire, rapporte Le Parisien. Il est d’ailleurs revenu « tout bronzé et tout souriant » du pays des Eléphants la semaine dernière.

Mais ce n’est pas tout : pour que le rachat du Havre soit validé, Maillol doit fournir une garantie bancaire à hauteur de 8 millions d’euros. Pour ce faire, il a ouvert un compte au nom de MSI auprès de… la Banque Islamique de Mauritanie. C’est cet établissement qui a fourni la garantie bancaire à l’agence Crédit maritime du Havre qui doit désormais l’activer pour finaliser le rachat des Ciel et Marine par Maillol.

En cas d’échec de la vente du club, le HAC sera sans doute contraint de se séparer de ses meilleurs éléments lors du mercato d’hiver. La piste Maillol représente donc la seule alternative. La Côte d’Ivoire et la Mauritanie au secours du Havre, au terme d’un circuit financier exotique qui fait d’ailleurs tiquer du côté de la LFP, qui l’eût cru ?