Au lendemain de la lourde défaite (3-0) concédée par la sélection algérienne contre le Malawi, dès son entrée en lice en Coupe d’Afrique des Nations (CAN), de nombreux supporters crient leur désespoir après une telle entame.


De notre correspondant en Algérie

Face au Malawi, pour leur premier match de la CAN 2010 (3-0), les Fennecs n’ont pas mis en avant la combativité et le réalisme nécessaires. Face au Mali, le 15 janvier, et l’Angola, le 18, il faudra faire preuve de plus de fougue et d’enthousiasme pour croire en la qualification pour les huitièmes.

Pour Ferrah Menad, chef adjoint de la rubrique sportive du quotidien national La Nouvelle République, la défaite de l’équipe est la faute d’erreurs défensives et un manque d’expérience criant: « La quasi-totalité de nos joueurs joue la CAN pour la première fois de leur vie ce qui les a, en quelques sortes, exposés au manque d’adaptation au style africain », mentionne-t-il. Ferrah Menad ne manque, dans cette optique, pas de parler de « débâcle ».

Cette défaite, concédée à un moment où tous les Algériens s’attendaient à une confirmation de la bonne tenue des Verts, qui ont réussi à arracher le billet qualificatif pour le Mondial sud-africain, restera en travers la gorge à beaucoup de supporters. « Cette défaite intervient à un moment inopportun puisque tous les Algériens s’attendaient à ce que les Verts confirment en se transcendant devant le Malawi qui n’est pas vraiment un foudre de guerre », assure Menad. « Mais, continue-t-il sur sa lancée, quelques moments d’inattention au sein de la défense algérienne ont été saisis par les Malawites qui ont réussi à s’imposer devant les nôtres appelés à revoir leur feuille de route durant leurs prochaines sorties. »

Madjid Kellal, un électronicien de formation en Kabylie, dit ne pas en croire ses yeux lorsque le portier algérien, Faouzi Chaouchi, est battu à trois reprises par Mwafulirwa (17e), Kafoteka (36e) et Banda (47e). « Les Verts, qui étaient amorphes et méconnaissables durant la majeure partie de la rencontre, ont laissé beaucoup d’espaces à leurs adversaires qui ont livré un grand match. Les Malawites ont aussi fait preuve de beaucoup de combativité et de réalisme, surtout à l’approche des bois. En témoigne d’ailleurs le score qui leur donnera des ailes lors des prochaines confrontations. » Notre interlocuteur, qui ne considère pas que les chances de Fennecs soient hypothéquées, suggère plus « de combativité et de détermination contre le Mali qui est crédité d’une bonne prestation contre l’Angola en match d’ouverture ».

Pour A. Belaid, commerçant de son état, « c’est une équipe complètement désorganisée et manquant cruellement de cohésion qui a donné la réplique au Malawi, un adversaire n’ayant rien d’un foudre de guerre mais qui a su nous corriger et remettre à notre place ». « Notre arrière garde qui reste la pièce maîtresse de l’équipe a complètement sombré ne supportant point le poids du match, sur papier, à notre faveur », continue-t-il, avant d’ajouter : « Les prochaines sorties des verts sont loin d’être une sinécure puisque les Maliens et les Angolais joueront aussi leur va tout pour se qualifier. Des sorties où le coach national devra revoir sa feuille de route pour rattraper le temps perdu. »