Rien ne va plus pour le football au Nigeria: suspendu pour deux ans par leur gouvernement après leur piètre performance en Coupe du monde, les Super Eagles prennent encore un coup sur le bec. C’est la FIFA qui a sanctionné la fédération nigériane de football pour ingérence gouvernementale.


Coup de tonnerre à Lagos! Le Comité d’Urgence de la FIFA a décidé, ce lundi, de suspendre avec effet immédiat la Fédération Nigériane de Football (NFF) pour ingérence gouvernementale.

« Cette décision fait suite à de récents événements relatifs à la NFF : actions en justice intentées à l’encontre de membres élus du comité exécutif de la NFF les empêchant d’exercer leurs fonctions et d’exécuter leurs tâches, démission du secrétaire général par intérim de la NFF à la demande de la Commission nationale des Sports, et enfin décision du ministre des Sports de faire débuter le championnat de première division sans tenir compte des relégations de la saison précédente, toutes ces ingérences empêchant le comité exécutif de la NFF de travailler convenablement, explique la FIFA dans un communiqué. La suspension sera maintenue jusqu’à ce que les actions en justice aient cessé et que le comité exécutif qui a été dûment élu à la tête de la NFF puisse travailler sans aucune interférence. »

Quid des Super Eagles?

Résultat, les Super Eagles, qui devaient affronter ce week-end la Guinée, à Conakry, dans le cadre des éliminatoires de la CAN 2012, sont dans l’incertitude. « Pendant toute la durée de la suspension, la NFF ne pourra être représentée dans aucune compétition régionale, continentale ou internationale, y compris dans les compétitions interclubs et lors de matches amicaux. Pendant cette durée, ni la NFF ni aucun de ses membres ou officiels ne peuvent bénéficier de programmes de développement, de cours ou de formations de la FIFA ou de la CAF », précise ledit communiqué.

Plusieurs hauts responsables du sport du pays ont été traînés devant les tribunaux par certains groupes d’intérêt que l’on croit être soutenus par le gouvernement, dont Amos Adamu, membre du comité exécutif de la FIFA, Aminu Maigari, président de la NFF, Mike Umeh, vice-président ainsi que le secrétaire-général de la NFF, Musa Amadu.