La RDC a fait un pas de plus vers la qualification, mercredi après-midi, en obtenant le nul face à l’Angola à l’issue d’un match décousu. Réduits à dix dès la 19è minute, les Simbas n’ont jamais fermé le jeu, lui permettant de se développer d’un bout à l’autre du terrain, mais sans actions dangereuses en raison d’une trop grande imprécision.


La République démocratique du Congo a obtenu mercredi un bon match nul, face à l’Angola, dans un match où les Jaune et Bleu ont été réduits à dix dès la 19è minute. Mais loin de se replier en défense, les Simbas ont joué toutes leurs attaques à fond, offrant un match complètement décousu aux 2 000 spectateurs du stade miliaire du Caire. Le jeu s’est développé d’une cage à l’autre sans s’attarder au milieu du terrain. Mais en panne d’imagination, les attaquants ont vendangé la plupart des ballons négociés dans les surfaces de but.

D’un but à l’autre

Les Angolais ont le mieux démarré la rencontre, faisant circuler la balle avec fluidité d’une aile à l’autre du terrain pendant que les Congolais étaient incapables de mettre la balle au sol et d’enchaîner une passe. Le capitaine des Palencas Negras, Akwa, s’offre une énorme occasion à la 6è minute, lorsque excentré côté droit, à l’entrée de la surface de réparation, il décoche un tir puissant sur le portier congolais, qui l’arrête. Les Simbas attendent quatre minutes pour répondre par le très en vue Lomana Lua Lua, qui passe son défenseur en puissance, côté gauche, mais croise trop sa frappe. Dans la continuité et à l’issue d’une remontée de balle limpide, Flavio tient une belle position de tir à l’entrée de la surface, mais croise également trop sa frappe.

On se dit que l’on va assister à un match plaisant quand, à la 19è, le Congolais Tresor Mputu Mabi donne un violent coup de pied au défenseur angolais qui accompagnait la balle en sortie de but, le corps en opposition. L’attaquant du TP Mazembe paraît étonné de voir l’arbitre sortir un carton rouge, il n’y a pas de quoi. C’est pourtant à partir de ce moment que les Simbas se réveillent et que leurs actions paraissent les plus tranchantes. A la 30è, ils sont prêts d’ouvrir le score suite à un corner qui donne lieu à un cafouillage dans la surface. Mais la réponse des Angolais est immédiate. Les Congolais ont délaissé le côté droit de leur défense et les Palencas Negras s’y présentent à deux contre un. S’ensuit une série de trois tirs dans la surface que le gardien et ses défenseurs repoussent comme ils le peuvent. La mi-temps est sifflée après que Lua Lua ait tenté de nombreux tirs lointains en solitaire.

Imprécis devant le but

A la reprise, privés de leur attaquant de pointe, les Congolais manquent toujours de solutions et enchaînent des frappes lointaines qui n’inquiètent guère Joao Ricardo. A la 55è minute, l’intenable Lua Lua attire deux défenseurs sur son côté gauche, à l’entrée de la surface angolaise, mais oublie son coéquipier, laissé libre de tout marquage côté droit. La vivacité des deux équipes dans ce match n’a d’égal que leur imprécision dans la surface de vérité. Alors qu’une balle de but passe dans la surface congolaise devant deux attaquants angolais qui n’en profitent pas, à la 62è, c’est Akwa, seul dans la surface angolaise, deux minutes plus tard, qui envoie le ballon de la tête dans les tribunes.

Les deux changements effectués de part et d’autre n’y feront rien. Les Palencas Negras, en supériorité et mis en danger par ce résultat, ne trouvent pas la faille. Pas plus que les Simbas, qui devront assurer le nul face au Cameroun, lors de leur dernier match de poule, pour être sûrs de se qualifier.