Comme tous les vendredis, la chronique des meilleurs joueurs africains évoluant en Europe. Cette semaine, la plupart d’entre eux prennent un repos bien mérité.


Pas grand-chose à voir sur les stades européens cette semaine. Les pelouses sont engourdies : pas par le froid, mais par la trêve qui a renvoyé la plupart des joueurs dans leur famille. Pour certains, le recommencement de la saison sera l’occasion de revenir après une absence prolongée.

En France, cela sera le cas pour George Weah. Le Libérien de l’Olympique de Marseille, décisif dans le retour en forme de son club, a gagné le droit de prendre quelques jours de repos supplémentaires. On reverra Weah le 13 janvier, à Toulouse, à l’occasion de la reprise du championnat de France de D1.

Seule parmi les  » grandes nations européennes du football « , l’Angleterre n’offre pas de pause à ses joueurs. Le spectacle continue donc, même si les héros sont fatigués et si les blessures se multiplient. Le Camerounais Lauren Etame Mayer est sorti épuisé du match historique de son équipe d’Arsenal contre Leicester (6-1). Résultat : il ne jouera pas le match de samedi soir contre Sunderland, nouveau troisième du championnat. Trop, c’est trop !

Les joueurs se reposent, mais dans l’ombre, les managers s’agitent, les fax et les calculatrices surchauffent : le joli temps du mercato est de retour. Partout en Europe, le marché des transferts d’hiver continue de battre son plein, avec un tel lot de rumeurs et d’incertitudes (voulues par les managers comme autant d’armes dans leurs négociations) que nous renonçons à vous en tenir la chronique : elle serait obsolète avant vingt-quatre heures. A noter toutefois : le club de Monaco (championnat de France) est très déçu de Shabani Nonda et le fait savoir. L’attaquant congolais a été acheté à prix d’or (140 millions de francs français) au club de Rennes où il faisait merveille. Mais il peine, paraît-il, à faire oublier son prédécesseur, le champion du monde et d’Europe français David Trézéguet.

Pendant la trêve, la presse sportive s’ingénie à étancher autant que possible la soif de résultats et de scores de son lectorat. Le quotidien français L’Equipe vient ainsi de publier son classement des grands du football au XXème siècle. L’Afrique est distinguée au titre de la meilleure équipe nationale, grâce au Cameroun de 1990 qui se classe 8ème. Second trophée pour le pays des Lions indomptables, celui du match du siècle : le quart-de-finale perdu contre l’Angleterre aux Mondiali 1990, en Italie, figure en 10ème position.

Des nouvelles de Kanu pour finir. Pour le Nigérian d’Arsenal, cela pourrait être la fin du purgatoire en équipe nationale. Jo Bonfrere, l’inénarrable entraîneur des Green Eagles, n’a pas eu cette fois son mot à dire. Quant au joueur, il a exprimé ses  » remords  » de ne pas avoir accompagné ses équipiers lors de la CAN 2000.

Retrouvez ici la chronique de la semaine dernière

Suivez le mercato européen heure par heure avec le journal français L’Equipe :