Le retour à la compétition, depuis le dernier Mondial sud-africain, n’a pas été concluant pour les Verts qui ont laissé des plumes dans leur antre du 5 Juillet face au Gabon. Ils ont concédé une défaite 1-2.


De notre correspondant en Algérie

.

.

.

.

Tout le monde croyait en les capacités des Verts de redorer leur blason face au Gabon en cette soirée de ramadhan, après une participation au Mondial mi-figue mi-raisin. Mais la déception a refait surface au coup de sifflet final, laissant plus de 20 000 personnes sur un goût d’inachevé. Sur le plan physique et tactique, les Gabonais ont montré des prouesses et une maturité exemplaire. Face aux Algériens qui ont éprouvé toutes les peines du monde pour construire leur jeu, les camarades de Cousin, auteur d’un but inaugural à la 35eme minute de la partie, ont réussi à mener des incursions sans en concrétiser aucune.

Il va, ainsi, falloir attendre la 35eme minute pour voir Daniel Cousin planter la première banderille dans les buts de M’bolhi hors course. Les Panthères afficheront ensuite leurs vrais desseins et ils se montreront très stoïques au milieu de terrain où Yebda and co ont montré des lacunes. La première mi-temps s’achèvera sur ce petit score que les joueurs de Saadane ne pourront jamais remonter.

Une seconde mi-temps décevante

Au retour des vestiaires, les poulains de Gernot Rohr se rueront en attaque réussissant ainsi, à maintes reprises, à prendre en défaut la défense algérienne en mal d’arguments. Aubameyang verra à la 55eme minute son ballon laisser groggy M’bolhi, incapable de sauver sa cage. Puis, d’une tête majestueuse, Willy Aubameyang a corsé l’addition et laissé les supporters plongés dans le doute quant aux capacités des verts de revenir dans le match. Depuis, l’on assistera à un jeu complètement décousu des camarades de Raffik Djebbour qui ont montré leurs limites. D’ailleurs ce dernier, n’aurait jamais réussi à inscrire son but à la 85eme minute de jeu si un défenseur gabonais n’avait pas perdu le contrôle du ballon dans la surface de réparation.

La peur a, donc, toutes les raisons de s’installer dans le camp des Verts, appelés à l’emporter devant la Tanzanie dans moins d’un mois pour se qualifier à la prochaine CAN. La cote de Saadane, même si son avenir est assuré à la barre technique des Verts, ne cesse de baisser.