Le Wydad Casablanca peut l’avoir mauvaise. Vendredi, le club marocain a refusé de reprendre le match après avoir été privé du recours à la VAR, en panne, en finale retour de la Ligue des champions africaine contre l’Espérance Tunis (1-1, 0-1) et les officiels ont prononcé l’interruption du match et le sacre de l’EST.

Forcément, le président du WAC, Saïd Naciri, ne digère pas ce scénario. Dénonçant un «massacre arbitral», le dirigeant se dit prêt à saisir toutes les instances envisageables. «C’est injuste et nous ne comptons pas garder le silence. Nous allons recourir à toutes les procédures légales y compris la saisine du TAS et de la FIFA», a prévenu le Marocain dans des propos relayés par l’agence MAP. «Il s’agit d’un échec pour tout le football africain. (…) C’est une honte pour la Confédération africaine de Football (CAF).»

Mais le WAC n’aura peut-être pas à en arriver là puisque le comité exécutif de la CAF doit se réunir en urgence mardi afin d’examiner les suites à donner à cette affaire qui a encore porté un coup à toute l’image du football africain…