La Fédération béninoise a mis un terme au contrat de Michel Dussuyer, le sélectionneur des Ecureuils. Les joueurs sont d’ailleurs laissés à la disposition de leur club jusqu’à nouvel ordre…


Alors que d’autres cherchent un nouvel entraîneur, d’autres n’ont tout simplement plus d’équipe. Ni de staff d’ailleurs. Ainsi, la fédération de football béninoise a annoncé dans un communiqué laconique avoir tout simplement dissous l’équipe nationale A et son encadrement technique.

« De ce fait, le sélectionneur national Michel Dussuyer a été démis de ses fonctions. Le salaire du sélectionneur lui sera payé jusqu’au mois de juin, terme de son contrat avec les Ecureuils. Dans la décision qui a été prise, les membres du Comité Exécutif au grand complet ont déploré le manque de patriotisme, le chantage et le manque de résultats de l’équipe lors de la Coupe d’Afrique des Nations. La Fédération en concert avec le Ministère des Sports entendent mettre en place un code de bonne conduite et repartir sur de nouvelles bases avec tous les joueurs qui seront appelés désormais en équipe nationale », poursuit le communiqué.

Patriotisme

En poste depuis juin 2008, Michel Dussuyer avait guidé les Ecureuils à la
Coupe d’Afrique des Nations 2010, au terme laquelle les hommes de Stéphane Sessegnon sont rentrés la queue entre les jambes avec un seul petit point. Dans le groupe C, où ils affrontaient tout de même l’Egypte, futur champion en titre, le Nigeria, futur 3e de l’épreuve, et le Mozambique, les Ecureuils ont montré beaucoup de volonté mais ont été dans l’incapacité de déplacer des montagnes.

S’asseoir sur un banc équivaut, bien souvent, à s’installer sur un siège éjectable. Ce qui est par contre moins courant, c’est lorsque le onze national tout entier est banni, comme ce fut déjà le cas de la Guinée pour insuffisance de résultats et indiscipline lors de leur non-qualification à la Coupe d’Afrique des nations et au Mondial 2010. Et, une fois de plus, les bisbilles au sujet des primes de matchs reviennent sur le gazon, empêchant le ballon de tourner rond dans une formation africaine.

Dussuyer payé jusqu’en juin

Les joueurs ne sont pourtant pas exempts de tout reproche. La rumeur court en effet, du côté de Cotonou, que le maître à jouer parisien, Sessègnon, aurait écopé volontairement d’un deuxième carton jaune suspensif afin de rentrer le plus rapidement possible en France.

Le sélectionneur a par ailleurs été mis en cause pour son manque de gestion du groupe et son incapacité à intégrer de nouveaux joueurs. Le problème, c’est que le sélectionneur est détenteur d’un contrat tripartite, qui le lie, outre à la fédération, au ministère des Sports. Et que ce dernier, qui est le bailleur de fonds, n’a visiblement pas été associé à la décision. D’où une situation ubuesque, qui devrait se résoudre avec la prise de parole du ministre des Sports. En attendant, le Bénin n’a pas d’équipe de football.