Les défaites du football gabonais désespèrent le pays. La polémique sur les emplois du temps, jugés surchargés, a abouti au gel des compétitions nationales. Résultat : ce sont des joueurs rouillés qui accumulent les défaites sur la scène internationale.


Depuis l’hiver dernier déjà, les amateurs de ballon rond du pays tout entier étaient privés de matchs de coupe ainsi que de championnat. Ce dernier avait été interrompu pour permettre la préparation de l’équipe nationale (AZINGO) à la Coupe d’Afrique des Nations et résoudre un malentendu financier.

La fédération gabonaise de football (FEGAFOOT) et les clubs de la première division au sein de la ligue nationale ont clairement établi qu’afin de permettre la reprise du championnat et de la coupe, il était nécessaire d’établir un nouveau calendrier des compétitions nationales et internationales. Cet effort n’aura pas servi à grand chose puisque aucun club gabonais n’est aujourd’hui encore en lice au sein des compétitions africaines.

Manque d’entraînement

En outre, le conflit entre la FEGAFOOT d’une part, le ministère du sport d’autre part, concernant le financement et la relance du championnat national de division 1 portait sur une enveloppe de 195 millions de francs. La quatrième tranche de financement du championnat national restant litigieuse, le championnat national 1999 n’est pas arrivé à son terme alors que le championnat 2000 n’a commencé que le 9 mai. On peut parier que le manque d’entraînement n’a pas amélioré les performances des joueurs.

Ces derniers n’ont plus qu’à espérer que l’arrivée d’Alain Da Costa Soares au poste d’entraîneur national pourra les aider à passer les préliminaires de la 22ème Coupe d’Afrique des Nations dont la phase finale se tiendra au Mali.