Pour la troisième fois seulement, une équipe africaine atteint le stade des quarts de finale. Le Ghana a pris le meilleur d’une équipe américaine accrocheuse. Boateng et l’indispensable Gyan ont permis aux Black Stars de faire la différence et de représenter dignement tout le continent africain.


Ghanéens et Américains partageaient une mission comparable ce samedi à Rustenburg : atteindre les quarts de finale de la Coupe du monde au nom de tout un continent. D’autant que, avec ce haut de tableau très ouvert, c’est bel et bien la route des demi-finales qui s’ouvraient pour le vainqueur du deuxième match du deuxième tour.

Et, poussés par tout un continent, ce sont les Black Stars du Ghana qui prennent les opérations en moins. Il faut moins de cinq minutes aux hommes de Milovan Rajevac pour obliger les USA à mettre un genou à terre. 5e : Kevin Prince Boateng, le décrié milieu de terrain de Portsmouth, récupère le ballon au milieu de terrain, parvient à le conserver jusqu’à l’entrée de la surface d’où il décoche une frappe sèche du gauche qui trompe Howard. Pour la troisième fois de la compétition, les Yankees encaissent un but dans le premier quart d’heure.

Bonne nouvelle pour le Ghana, qui marque pour la première fois du tournoi dans le cours du jeu. Preuve qu’il faut compter avec cette équipe africaine qui continue à imprimer son rythme tout en se montrant dangereuse : par deux fois, c’est Gyan, l’habituel buteur, qui vient apporter le danger devant les buts d’Howard (27e et 37e). Mais les Américains ont prouvé leur incroyable capacité de réaction et n’entendent pas s’en laisser compter. Quand ce n’est pas Findley qui vendange (34e), c’est Kingson qui démontre pourquoi il est considéré comme l’un des tout meilleurs gardiens africains en s’imposant devant Altidore (47e et 81e), Bradley (76e), Feilhaber (97e) ou Edu (98e).

Mais Bob Bradley, le sélectionneur américain, est un malin. Edu, rentré à la 30e à la place de Clark, et Feilhaber, rentré à la pause pour Findley, ont apporté leur puissance et un semblant de stabilité au milieu de terrain des Nord-Américains. Le jeune Jonathan Mensah a du mal à contenir les attaques des Yankees et commet un enième erreure sur Dempsey, juste après l’heure de jeu. Landon Donovan ne se fait pas prier pour égaliser sur penalty (61e).

Même dans un match aussi équilibré, il faut un vainqueur et Dame Coupe du monde a opté pour les favoris du continent organisateur. L’inévitable Asamoah Gyan, bien lancé par Ayew, est bousculé à l’entrée de la surface par Bocanegra mais parvient à se décaler sur la gauche et à armer une frappe puissante en demi-volée du gauche qui laisse Howard impuissant.

Les Black Stars ont su faire la différence par leur impact physique et leur rapidité à se porter vers l’avant. Pour la première fois de leur histoire, le Ghana jouera les quarts de finale de la Coupe du monde. Après le Cameroun en 1990 et le Sénégal en 2002, c’est la troisième fois seulement qu’une équipe africaine atteint ce stade.