Le mercato du football international a officiellement commencé le vendredi 28 mai. Cela tombe bien, depuis mars 2004, footballmercato.com propose ses services, payants, aux acteurs du ballon rond. Le site espère devenir un lieu de rencontre virtuel incontournable pour les joueurs qui ne bénéficient pas de l’exposition médiatique des Beckham et autres Thierry Henry.


Tout le monde croit déjà savoir, à la faveur de rumeurs parues dans la presse internationale, que l’avenir du spaceboy David Beckham ne passera peut-être plus l’année prochaine par le Real de Madrid. De même que le futur du milieu d’origine mauricienne, Vikash Dhorasoo, se conjugue désormais en italien, avec le Milan AC. Qu’en est-il d’Alassane Diop, milieu offensif droit du stade de Thiaroye, en deuxième division sénégalaise ? Ou de Serge Patrick Razanasolo, 17 ans, qui évolue au même poste en Ligue 1 malgache. Les deux footballeurs, qui ne bénéficient pas de l’exposition médiatique des Galactics madrilènes, ont choisi de s’inscrire sur Footballmercato.com pour multiplier leurs chances de trouver un club à leur pointure l’an prochain. Le site, mis en ligne en mars dernier, aspire à devenir l’interface incontournable, et payante, des acteurs du football international. Moyennant un abonnement trimestriel qui varie entre 5,95 et 29,95 euros, selon qu’ils soient amateurs ou professionnels, joueurs, entraîneurs, dirigeants de clubs et agents peuvent s’inscrire en espérant que la bonne fée du ballon rond s’arrête sur leur annonce.

A ce jour, l’essentiel des 450 inscriptions que comptabilise le site sont le fait de joueurs et entraîneurs amateurs – « Division 2, 3, 4, 11 française … ». Mais « la finalité est bien de devenir indispensables à tous les acteurs du football, même professionnels. Même si on sait que cela prendra du temps », explique la chargée de communication du site. Pour les professionnels réticents, Nadhusa Moilimou précise d’ailleurs que le portail offre la possibilité de « masquer son identité ».

« Acheter du rêve »

De nombreux footballeurs amateurs ou professionnels africains se sont déjà laissés tenter, caressant le rêve d’être détectés par un club européen. « Sur cette question, lorsque je fais mes référencements, j’insiste toujours sur le fait que nous mettons des acteurs en relation. Nous ne faisons pas un travail d’agent et ne concrétisons donc pas les transactions », explique Nadhusa Moilimou. Car une chose est d’avoir son annonce consultée, une autre est d’avoir un profil assez intéressant pour convaincre les dirigeants d’un club d’engager des frais de voyage et d’hébergement pour mettre un joueur à l’essai. D’autant plus que le site n’offre pas encore la possibilité de joindre une preuve visible de son talent, sous forme de fichier vidéo, à sa candidature. Un « service d’hébergement de vidéos » devrait néanmoins être opérationnel à partir du 1er septembre 2004, indique-t-on chez Footballmercato.

Si l’entraîneur britannique Garry Robson a « finalement réussi à trouver un club prêt à [l]’accueillir », c’est « grâce aux annonces de sessions de détection » qu’il a trouvées sur le site, explique-t-il. De la même façon, Janez Hladnik, qui recherchait un attaquant pour son club, en Slovénie, a d’abord ciblé six joueurs avant de « réaliser une journée de tests » pour choisir celui qui lui convenait le mieux. Sauf si ils ont la possibilité de voyager en Europe pour effectuer une détection, les joueurs africains qui s’inscrivent sur Footballmercato.com devront donc essentiellement compter sur une sélection sur le continent.

Tout ceux qui estiment pouvoir tirer profit des services proposés par Footballmercato trouveront un site très facile d’utilisation. En quelques clics, les footballeurs peuvent accéder à une série de pages qui recensent les clubs qui recrutent, les tournois ou détections prévues ainsi que de nombreuses autres informations. Footballmercato est actuellement disponible en français et en anglais, mais sa traduction, notamment en espagnol, italien, bosniaque ou encore en japonais, est en cours. A terme, le site devrait être consultable en 20 langues.

 Visiter le site