Ce que tout le football algérien attend pourrait bientôt arriver. Convoqué par Rabah Saâdane pour le match amical face à la Serbie, le 3 mars, Mehdi Lacen, le milieu de terrain du Racing Santander, devrait faire ses premiers pas sous le maillot de l’Algérie. Et ainsi apporter de la stabilité dans l’entrejeu des Fennecs.


« Si j’ai un conseil à donner à Rabah Saâdane, c’est de faire vite et convaincre ce joueur de venir renforcer la sélection. Sans vouloir m’immiscer dans son travail, Saâdane ne doit pas hésiter un seul instant à le convoquer. C’est un joueur très doué qui aura  un rôle important dans le jeu de notre équipe nationale. C’est dire qu’il apportera, et j’en suis convaincu, sa touche à l’équipe nationale. » Quand Rabah Madjer parle de Mehdi Lacen au Buteur, la légende du football algérien a des étoiles plein les yeux.

A juste titre. Jamais convoqué avec les Fennecs, Mehdi Lacen pourrait bien être celui que toute l’Algérie attend. Souvent en contact avec Rabah Saâdane, le milieu de terrain du Racing Santander pourrait apporter cette puissance et cette envie de se battre qui a tant manqué à la Khadra durant la CAN 2010. Tout au long de la compétition angolaise, les Fennecs ont montré leur incapacité à réagir, hormis lors de l’épique remontée, en quart de finale, face à la Côte d’Ivoire (3-2). Avant et après ça, le Malawi, le Mali ou l’Egypte ont mis en exergue les carences mentales des Algériens.

Un plus technique et physique

Du coup, l’arrivée d’un joueur tel que Lacen, rompu aux joutes de la Liga, pourrait apporter ce petit supplément d’âme qui sera nécessaires aux Verts au moment d’affronter l’Angleterre, la Slovénie ou les Etats-Unis lors de la Coupe du monde sud-africaine. La venue de Mehdi Lacen pour renforcer le milieu de terrain défensif semble inévitable malgré les réticences affichées par certains joueurs avant la CAN. Le joueur formé à Laval peut apporter beaucoup de technicité et de puissance aux Verts et permettre ainsi soulager les milieux offensifs, qui devront dès lors se montrer plus incisifs.

Sauf que la sélection de Lacen ne coule pas forcément de source. Longtemps annoncé, jamais présent, le milieu défensif ne montre pas, au goût de l’encadrement des Fennecs, l’envie de rejoindre la sélection. Après avoir longtemps repoussé l’échéance, Lacen, injoignable ses derniers temps, n’a plus le choix, comme le confie un proche de l’EN: « On va lui adresser une convocation. Mais ce sera la dernière fois. S’il ne vient pas, il ne sera plus convoqué. On ne peut pas aller au-delà. Il faut un peu de respect pour l’emblème national.  »

Mal accepté par les cadres

D’autant que les Fennecs eux-mêmes, un temps réticents, lui ont ouvert grand les portes. A l’image d’Antha Yahia dans Le Buteur: « La sélection nationale ne m’appartient pas à moi ou à un autre joueur. Elle appartient à tout Algérien sincère qui pourrait apporter sa pierre à l’édifice. Alors, je le dis en toute sincérité : Lacen est le bienvenu ! Il sera accueilli aussi bien que l’ont été Meghni, Yebda et Abdoun », assure-t-il. « Qu’il soit rassuré : au bout de la première journée, il sera très à l’aise et il aura l’impression qu’il est parmi nous depuis 5 ans, comme le sentent aujourd’hui ceux qui nous ont rejoints récemment. Ce qui est certain, c’est que c’est un très bon joueur et il apportera un plus. »

Retardée pour des problèmes administratifs puis la naissance de sa fille, la sélection de Mehdi Lacen ne fait plus un pli. Reste à voir comment il sera accueilli au sein d’un groupe rôdé et où personne ne veux lâcher sa place pour le Mondial sud-africain. Réponse le 3 mars au 5-Juillet.