Après avoir atteint les quarts de finale de la CAN, la Zambie et son sélectionneur Hervé Renard visent le dernier carré, sans manifester aucune peur pour leur prochain adversaire, le Nigeria.


La Zambie, c’est un peu un vent de fraîcheur sur une CAN qui a ronronné jusqu’au quarts de finale. Six des huit derniers quart de finalistes de l’édition 2008 se retrouvent au même stade en 2010. Sans faire de bruit, mais avec beaucoup de volonté et de talent, les Chipolopolos ont réussi à atteindre l’objectif lancé par leur coach française. D’autres à leur place s’en seraient contentés avec, en sus, le sentiment du devoir accompli, mais, eux, ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin. Les vice-champions d’Afrique 1994, emmenés par un entraîneur ambitieux veulent bousculer la hiérarchie. Et se venger de cette fameuse finale de 1994 où ils avaient été battus par le Nigeria des Okocha, Amunike, Yekini, Oliseh, Amokachi… Qui allaient faire rêver le monde du football lors de la Coupe du monde américaine.

Ce Nigeria 2010 n’ont rien à voir avec leurs glorieux aînés. Mais qu’importe! Ils n’en ont pas moins d’ambition. Les Martins, Obi Mikel, Obasi, Odemwingie et autres Uche ont l’expérience nécessaire. Mais gare aux Boulets de Plomb qui ont donné du fil à retordre à l’Algérie et l’Égypte. En phase de poule, ils ont été proches de battre le Cameroun (défaite 3-2) et se sont qualifiés in extremis aux dépens du Gabon (2-1). Méfiance donc, comme l’assurait l’inamovible Nwankwo Kanu à la veille du quart de finale: « Nous avons hâte de jouer. Nous avons confiance en nous. Bien sûr, nous respectons les Zambiens mais nous, nous jouerons notre jeu avec un but en tête: atteindre les demies. »

Opposition de styles

Pour atteindre cet objectif, il faudra que les Super Eagles se montrent plus convaincants que lors de la phase de poule, où ils n’ont guère convaincus malgré le large succès face au Mozambique (3-0). De son côté, la Zambie s’est extirpée en leader d’un groupe qui comptait tout de même le Camerou, la Gabon et la Tunise. Face au Nigeria, les coéquipiers de l’excellent Mulenga auront tout à gagner. Une qualification serait la cerise sur le gâteau pour une des plus jeunes formations du tournoi (25 ans de moyenne d’âge).  

La Zambie dispose d’un collectif ambitieux et joueur, capable de déjouer les pronostics en pratiquant un jeu audacieux. Malheureusement, les Chipolopolos devront se passer du fantasque milieu offensif Rainford Kalaba, excellent depuis le début du tournoi tandis que les Super Eagles, à qui Joseph Yobo fait toujours défaut, pourront compter sur le retour de leur buteur, Obafemi Martins.

Zambie-Nigeria en direct