Dimanche 25 janvier, les lions indomptables du Cameroun arboreront à la Can leur nouveau maillot. Un maillot combinaison qui innove une fois de plus dans le milieu du foot, habitué aux ensembles short/ t-shirt. Chez Puma, l’équipementier de l’équipe, le secret est bien gardé. Petite description de cette nouveauté sportive.


Toujours original. Le nouveau maillot de l’équipe camerounaise de football est encore original. En 2002, lors de la précédente Coupe d’Afrique des Nations (Can), l’équipementier Puma créait l’événement en lançant un maillot sans manche. Malgré l’approbation du public qui appréciait cette originalité et le très remarqué spot TV, les instances dirigeantes du football (Fifa) avaient choisi le camp opposé et avaient fini par l’interdire . Les champions d’Afrique en titre créeront une fois de plus la surprise en match d’ouverture de la Can (24 janvier-14 février, Tunis), avec une tenue une pièce.

Cette fois-ci, « l’équipement est conforme aux réglementations de la Fifa », s’empresse de préciser l’équipementier. Et de le décrire : « l’UniQT est une tenue en une seule pièce qui s’enfile facilement. Elle possède deux fermetures éclair sur chaque épaule qui sont cachées et on y voit des marques de griffures asymétriques sur le côté ».

Pas vu

Le secret de ce maillot est désormais bien gardé. A part un spot qui tourne sur les chaînes européennes Eurosport, MTV et qui montre en dessin animé deux vedettes de l’équipe sur lesquels le maillot est rapidement aperçu, nul n’a encore vraiment vu le modèle exact. On ne ressent pas l’effet combinaison expliqué sur le site de l’équipementier qui se refuse à donner des interviews à la presse. Même à l’agence de communication de la marque, Thomas Marko et associés, on n’a pas le « visuel sur soi ».

Au Cameroun, le public ne l’a pas vu non plus. Même pour les gens à l’affût, comme le journaliste sportif du Cameroon Tribune Luis Matea, qui n’a pu voir le maillot que sur le site de Puma. Et d’ajouter que ce n’est qu’après le match d’ouverture de dimanche prochain, que son impact se fera sentir dans les rues. Surtout si au fil des rencontres, les performances des joueurs sont au rendez-vous. C’est tout le mal qu’on leur souhaite.