manifTogoantiCAF.jpg

Plus de vingt-cinq milles personnes ont marché samedi, dans les rues de Lomé, pour protester contre la décision de la Confédération Africaine de Football (CAF) de suspendre le Togo des deux prochaines Coupes d’Afrique des nations.


De notre correspondant

Les manifestants, très remontés, ont brandi des banderoles et des pancartes dans les rues de Lomé sur lesquelles on pouvait lire : « Issa Hayatou, Mafia », « CAF = Complot des Assassins Farfelus »… »Hayatou démission »… Pendant près de trois heures, ils ont scandé des slogans hostiles à la CAF et à son Président Issa Hayatou l’appelant à démissionner.

manifTogoantiCAF.jpg« Après les divers messages de condamnations de nos concitoyens et surtout de la communauté internationale, le moment est venu pour que le peuple togolais dans l’unité se mobilise à travers une grande marche pacifique de protestation afin de dénoncer à la face du monde entier cet odieux attentat contre le Togo et surtout le comportement peu responsable de la Confédération Africaine de Football qui veut le suspendre pour deux Coupes d’Afrique des Nations », a expliqué Bénéti Gagalo, membre du comité d’organisation de la manifestation.

Les organisateurs ont demandé, dans une déclaration, l’annulation pure et simple de la décision de la CAF, le dédommagement des victimes de Cabinda à hauteur du préjudice subi, la démission de Issa Hayatou par toutes sortes de pression, et sa poursuite devant les tribunaux.

«C’est une démonstration pour dire que nous ne sommes pas d’accord. Vous avez vu des délégations étrangères dans la manifestation. Nous voulons envoyer un signal fort à tous les pays africains aux décideurs, et aux institutions qui interviennent dans le football d’agir», a affirmé Hans Masro, Président de l’AJST (Association des Journalistes Sportifs du Togo),

Une mobilisation forte et diverse

manifTogoantiCAF2.jpgAu rang des protestataires figuraient le franco-Togolais Koffi Yamgnane (dont la candidature à la prochaine élection présidentielle du 28 février est rejetée), et plusieurs acteurs du football dont Tata Avléssi, l’ancien Président de la Fédération Togolaise de Football. « Nous ne pouvons pas cautionner cette acte inhumaine de la CAF. Hayatou tente par tous les moyens pour tuer le football togolais », estime M. Avlessi qui a remporté une victoire contre la CAF, dans une affaire de corruption l’ayant opposé à l’instance dirigeante du football africain, lors de la coupe d’Afrique Cadets en Mars 2007 à Lomé.

D’autres communautés étrangères au Togo se sont également jointes à cette marche pacifique. « Si Hayatou maintient sa décision, je prends l’engagement pour vous dire que toutes équipes de l’Afrique de l’ouest ne participeront pas à aucune des compétitions de la Caf », a déclaré l’ivoirien Koffi Koffi Etienne, Président de l’Union fraternelle des Population de l’Afrique de l’Ouest, présent à Lomé pour la manifestation. Un avis partagé par Mohamed Mohamed, Comorien résident au Togo: « Nous apportons notre soutien aux Togolais pour dire que nous sommes avec eux. C’est une décision qui dépasse l’entendement humaine. Hayatou doit revoir le tir », pense-t-il.

L’attaque du bus de la délégation togolaise par les rebelles du FLEC, Le 8 janvier dernier, a fait deux morts et des blessés et contraint le Gouvernement à rapatrier les joueurs togolais. Le retrait de la délégation a provoqué le courroux de la Caf, sanctionnant le Togo pour les deux prochaines éditions de la CAN. Ladite décision est assortie d’une dune amende de 50.000 dollars.

Lire aussi:

 Drame de Cabinda : le Togo réclame justice