La dernière sortie médiatique de l’international ivoirien témoigne du désamour profond entre lui et les médias de son pays.


Dans des déclarations rapportées par nos confrères de Sport-ivoire, l’ancien Lyonnais prévient les journalistes : « Je mets tout journal au défi, celui qui écrit sur moi, qu’il ne mette pas son nom en bas (Ndlr qu’il ne signe pas de son nom), sinon je vais le ni… Je ne parle plus à la presse. » Le ton se veut clair et témoigne de la rupture entre le joueur et une partie de la presse ivoirienne.

On se rappelle de la bagarre déclenchée par l’ailier de 32 ans contre un journaliste de la presse people dans une boîte de nuit d’Abidjan en septembre 2012 après la rencontre Côte d’Ivoire-Sénégal (4-2) dans le cadre des éliminatoires de la CAN 2013. L’Eléphant reprochant à sa victime d’avoir dévoilé au grand jour une supposée relation extra-conjugale.

« Celui qui parle encore de moi, je vais le tuer« 

Le dernier fait en date – rapporté par le quotidien Le Sport – s’est déroulé en marge de la rencontre de Ligue 1 ivoirienne entre Stella et Gagnoa (10e journée). Les propos tenus par le joueur, actuellement sans contrat, sont sans équivoques : « Vous avez fini d’entrer dans ma vie privée. Vous avez fini de m’insulter […]. J’attends le journaliste qui va parler de moi encore, je vais le tuer. »

Si Keita s’est montré une nouvelle fois virulent envers la presse locale, le natif d’Abidjan n’en oublie pas la sélection et la Coupe du monde 2014 au pays des Ronaldinho, Garrincha et Roberto Carlos. Effectivement, l’ancien joueur d’Al Sadd au Qatar compte se « donner les moyens de faire partie de cette aventure. » même s’il reconnaît que « le dernier mot revient au sélectionneur national. »

 La meilleure période de la carrière de Keita, à Lille (2005-2007) :


Abdul Kader Keita par Remy-Morefoot