Le nouvel entraîneur de l’équipe algérienne de football, Georges Leekens, n’a pas perdu de temps pour faire parler de lui. Il s’est signalé cette semaine en critiquant l’organisation du football algérien et l’état de ses infrastructures.


Un mois après la signature de son contrat, le nouvel entraîneur des Fennecs se signale en s’en prenant aux structures du football en Algérie. Déplorables à son avis. Infrastructures sportives, fonctionnement général, Georges Leekens ne trouve rien à sa convenance. L’ancien entraîneur des Diables rouges (Belgique) a également affirmé qu’il avait trouvé certains internationaux expatriés peu empressés à venir défendre les couleurs de leur pays.

 » Pas de téléphone « 

 » Je savais que la tâche serait rude et c’est pourquoi j’ai pris deux mois pour y réfléchir. Mais je n’ai jamais pensé que se serait si difficile. Il n’y a pas d’organisation, pas de téléphone, pas de services propres au football « , a déclaré Georges Leekens, le 26 janvier dernier, à la veille d’affronter la Belgique. Le stade du 5 juillet, pour l’état de sa pelouse, et d’une manière générale de tout le complexe sportif, occupe régulièrement le devant de l’actualité sportive algérienne. De nombreux clubs sont endettés. Les sièges des instances nationales de football laissent parfois à désirer.

Mais des efforts ont été faits et la situation s’améliore, selon le président de la Fédération algérienne de football (Faf).  » Grâce à une aide de la Fifa, d’importants travaux ont été entrepris au siège de la Faf. Nous avons retapé deux bâtiments abritant le secrétariat général et la présidence de la fédération, qui disposent maintenant de moyens modernes et confortables pour travailler. Nous sommes aussi en train d’apurer définitivement toutes les grosses dettes qui s’élevaient à plus de 7 milliards de dinars « , affirmait Mohamed Raouraoua au Quotidien d’Oran en novembre 2002.

Motivation

Georges Leekens n’est pourtant pas au bout de ses peines. Le technicien belge a trouvé certains footballeurs évoluant à l’étranger peu empressés à répondre aux convocations nationales. Aucun n’a été désigné mais les présomptions sont fortes sur le meilleur joueur de la saison 2001-2002 de Manchester City, Ali Benarbia. Egalement élu meilleur joueur algérien, le milieu de terrain n’avait pas pu faire le déplacement pour récupérer son titre. Et ses apparitions avec les Fennecs sont rares. Leekens avait pourtant affirmé ne pas avoir sélectionné Ali Benarbia, lors du match amical contre la Belgique le 25 janvier dernier, afin de le préserver pour des rencontres plus importantes en juin. Dix-huit footballeurs algériens évoluent actuellement dans les divisions unes des championnats européens. Ils se trouvent pour l’essentiel en France (10), en Angleterre (3) et en Belgique (2).