L’Egypte fait bien figure de favori pour remporter à domicile sa cinquième Coupe d’Afrique des Nations. Devant un public de feu les Pharaons se sont largement imposés 4 buts à 1 face à une valeureuse équipe congolaise privée de plusieurs titulaires. En demi-finale, le 7 février, les Pharaons affronteront le Sénégal, vainqueur de la Guinée 3-2 un peu plus tôt dans la journée.


Alors que le défenseur Glarys Bokese et l’attaquant star Tresor Mputu Mabi sont suspendus côté RDC, l’Egypte se présente sans son attaquant vedette, Hassan Hossam, dit Mido, blessé, ni Abo Treka, le milieu d’Al Ahly (Egypte) qui avait pesé dans les autres rencontres. Du coup, le recordman du monde des sélections toutes catégories, Hassan Hossam, démarre la rencontre. Lua Lua annonce la couleur dès l’entame en décochant sur la première action une frappe enroulée à l’entrée de la surface qui passe près de l’angle droit de la cage égyptienne. Mais ce sont les Pharaons qui se montrent les plus conquérants dans ce début de partie. Ils font rapidement circuler la balle et enchaînent les centres, puis les tirs, sans toutefois inquiéter le portier congolais.

Les Simbas réagissent à l’occasion de contres où ils essaient de trouver Lua Lua en pointe. Mais c’est dans le camp congolais que le jeu se concentre, avec des Egyptiens entreprenants devant 72 000 supporters conquis. A la 32è minute, Kasongo Ngandu se jette sur le crochet de l’Egyptien Zaki dans la surface de réparation. Le penalty est indiscutable. Ahmed Hassan, le milieu de terrain du Besiktas d’Istanbul, trompe Kalemba, qui s’est détendu du bon côté, d’un tir dans le petit filet. Puis, à la 36è, deux attaquants égyptiens se gênent, dans la surface congolaise, pour reprendre un centre de la droite. Quatre minutes plus tard, le charismatique capitaine égyptien, Hassan Hossam, récupère sur le côté droit une passe aérienne qui lobe son défenseur direct. L’erreur est énorme et Hassan Hossam se présente seul devant Kalemba, qu’il trompe d’une frappe puissante. Le stade s’enflamme. Les Simbas semblent dépassés, quant à la 46è, ils marquent à la surprise générale. Mbala reprend comme il peut un ballon centré de la gauche par Lua Lua, mais sa frappe, contrée par El-Sakka, trompe El Hadary.

Une superbe deuxième mi-temps

Dès la reprise, les Egyptiens montrent qu’ils n’ont pas l’intention de se contenter d’un but d’écart et qu’ils comptent bien se mettrent à l’abri d’un retour des Simbas. Se sont des vagues rouges qui viennent s’écraser sur la cage congolaise, jusqu’à une frappe surpuissante à l’entrée de la surface que Kalemba claque en corner. Les Pharaons obtiennent ce qu’ils recherchaient à la 57è. Sur un contre favorable, le ballon navigue dans la surface de réparation, entre attaquants égyptiens et défenseurs congolais, avant d’être récupéré par Moteb, qui n’a plus qu’à allumer Kalemba. 3-1.

Les Egyptiens s’autorisent dès lors à souffler et se retranchent dans leur camp, laissant un peu d’air aux Simbas. Ovationné par le public, le légendaire Hassan Hossam, sort à la 65è, remplacé par Hassan Mostapha. Il faut rendre honneur aux Congolais qui refusent d’abdiquer et poussent pour revenir au score. Mbala touchant même la transversale à la 76ème minute d’un tir puissant après avoir éliminé trois défenseurs. Mais la réussite est égyptienne et c’est Ahmed Hassan qui réussit le doublé à la 87e minute sur coup franc. Le public scande « Egypte, Egypte » dans une ambiance extraordinaire et les Pharaons peuvent maintenant se préparer pour leur demi-finale qui aura lieu le 7 février prochain à Alexandrie face au Sénégal, brillant vainqueur de la Guinée (3 buts à 2) un peu plus tôt dans l’après midi.