L’équipe nationale togolaise est rentrée à Lomé dimanche soir, après avoir subi une lourde défaite au Gabon (3-0). La qualification pour la CAN et le Mondial 2010 s’annoncent difficile. Mais les supporters togolais espèrent encore.


Notre correspondant au Togo

A Lomé, c’est la consternation totale. Cette défaite est ressentie comme un coup de poignard dans le dos, quand bien même certains observateurs du football togolais ne vendaient pas chère la peau des Eperviers. « Cette défaite est un peu surprenante, mais elle nous permettra de mieux nous organiser pour le reste de la compétition », a affirmé Blaise Amédodji, chroniqueur et journaliste sportif. Pour lui, « les Eperviers nous ont trop habitué aux victoires ; or ces victoires ont souvent caché nos problèmes », analyse-t-il.

Dimanche soir, l’équipe nationale togolaise est rentrée à Lomé. Et certaines indiscrétions de leur part justifient leur débâcle par les mauvaises conditions dans lesquelles ils ont vécu. « Comment voulez-vous qu’on donne le meilleur de nous-mêmes si certains ont dormi dans des canapés ? », a lancé un joueur.

L’espoir après la défaite

Le premier but du Gabon a été inscrit à la 10e minute par Bruno Ecuele Manga, le joueur d’Angers. Les Eperviers ont du coup perdu le contrôle de la situation, accentuée par l’expulsion de Thomas Dossevi à la 35è minutes de jeu. Les Gabonais vont enchainer deux autres buts au cours de la seconde partie. Des œuvres de Roguy Meye et Brou Moise respectivement à la 56e et à la 83e minute.

Battus à plate couture, les Eperviers perdent aussi leur capitaine Adébayor, qui a entre temps écopé d’un carton jaune. Pour en avoir déjà reçu un contre le Cameroun, il ne jouera donc pas le prochain match contre le Maroc, le 20 juin prochain à Casablanca.

Les Panthères confortent ainsi leur position de leader dans le groupe A avec six points au compteur. Le Gabon est suivi du Togo, trois points, puis du Cameroun et du Maroc (un point partout) qui se sont neutralisés dimanche sur un score nul et vierge de zéro but partout.

L’équation devient bien complexe pour les Eperviers qui paient ainsi leur impréparation… et pour avoir quitté Lomé pour Libreville à 24 heures de cette rencontre, où les «Gabonais les attendaient « le couteau entre les dents ».

Toutefois, les fans des Eperviers espèrent que leur équipe peuvent toujours faire la différence sur les 4 matches restants, en commençant par le fatidique Maroc-Togo le 20 Juin prochain à Casablanca.