S’inviter dans le dernier carré. Tel sera l’objectif de l’Angola ce dimanche à 17 heures face au Ghana pour le premier quart de cette CAN 2010. De son côté, le Ghana tentera de gâcher la fête en lui grillant la politesse.


Sur ses terres, l’Angola n’aura qu’un objectif en tête: continuer sur la lancée de son bon début de compétition. Car les Palancas Negras seront poussés par près de 13 millions de supporters. L’attente est très fort autour des hommes de Manuel José, les supporters Rouge et Noir n’ont qu’un mot à la bouche: « Il faut que la Coupe reste en Angola ». Pourquoi pas? Depuis 1957 et la première Coupe d’Afrique des Nations, le pays organisateur s’est imposé à onze reprises.

Mais les Palancas Negras, qui ont l’occasion de réaliser la meilleure performance de leur pays en se qualifiant pour les demi-finales, pourraient toutefois être rattrapés par la pression et cette encombrante étiquette de favori qu’ils n’ont pas souvent eu collée dans leur dos. Ces derniers jours, la température n’a pas cessé de monter dans le pays et les Angolais auront bien besoin du retour de leur milieu Dede et surtout du meilleur buteur de la compétition, Flavio (3 buts), pour repousser les assauts des « Baby Black Stars ». « Nous sommes motivés et prêts à jouer contre le Ghana, commente ainsi le défenseur Dias Caires. Ce ne sera pas facile, on doit respecter le Ghana mais nous sommes entraînés et nous ne pensons qu’à la victoire ».

C’est un Ghana diminué qui se dresse sur la route des locaux. On le répète depuis le début du tournoi mais le Ghana sans Appiah, Muntari, Paintsil ou Mensah, ce n’est plus vraiment le Ghana. Surtout depuis que Michael Essien, capitaine, buteur, âme et cœur des Black Stars, s’est blessé. « Essien n’est pas avec nous mais nous récupérons d’autre collègues dont les retours sont essentiels », soupèse ainsi Kwado Asamoah. Heureusement, effectivement, qu’Annan est rétabli et que Gyan monte en puissance ! Malgré tout, la clé ghanéenne est entre les mains, ou plutôt les pieds, de ses récents champions du monde des moins de 20 ans. A l’image de Dede Ayew, buteur contre le Burkina (1-0), la jeune garde a montré qu’elle avait du talent.

Le vainqueur de ce choc aura la porte ouverte vers la finale, assuré de n’affronter, en demies, ni l’Egypte, ni le Cameroun, ni la Côte d’Ivoire, les barons du foot africain qui croiseront le fer de l’autre côté du tableau. Mais les Ghanéens se souviendront qu’ils avaient affronté les Angolais quelques semaines avant de le début de la CAN et avaient été accrochés (1-1). La revanche dimanche?

Angola-Ghana en direct