Tavlaridis et Payet qui arrivent, Gomis et Feindouno qui restent, autant d’atouts dans la manche de Laurent Roussey, le nouvel entraîneur des Verts. Avec un effectif rajeuni et fortement renouvellé, l’ASSE espère franchir un palier.


S’il est une terre de football en France, Saint Etienne est celle-ci. La Similitude avec le RC Lens est assez troublante, les deux clubs tirant leurs racines d’industries aujourd’hui appartenant au passé. Manufrance pour les verts, les mines pour les Sang et Or… Qui n’a pas encore en tête l’air ou les premières strophes d’un chant que la France entière eut aux lèvres, entretenu par les succès stéphanois ? Puisque vous insistez, voici les premières paroles du refrain: « Allez Qui c’est les plus forts Evidemment c’est les verts On a un bon public …/… On va gagner Ca c’est juré, Allez Allez… »

Aujourd’hui, il faut l’admettre, si le Chaudron de Geoffroy Guichard est toujours aussi fervent et a les yeux de Chimène pour son équipe, il vit un présent sans commune mesure avec son glorieux passé, si ce n’est un football généreux. Cette saison, de nombreux joueurs sont partis, et le club fait appel à un ancien Vert pour diriger l’équipe : Laurent Roussey. Il parie sur un groupe jeune fait de recrues prometteuses, s’appuie sur Jérémie Janot et quelques cadres et enfin puise dans le réservoir du centre de formation pour que l’esprit Vert renaisse enfin…

 Mercato – Le point sur les transferts Stéphanois

Exit Ivan Hasek, Laurent Roussey prend la responsabilité de diriger le groupe stéphanois. Enfant du Club, il y a évolué avec brio comme joueur. Il doit composer d’une part avec la réalité financière de la bourse des Verts et de l’autre avec l’immense attente du fidèle public stéphanois. Le seul moyen de rapprocher ces deux considérations de prime abord opposées est de faire table rase des mentalités de mercenaires pour revenir à de jeunes joueurs qui ont tout à prouver. Roussey et la direction stéphanoise ont réussi à convaincre et même à retourner des joueurs parfois déboussolés par des offres et promesses de lendemains qui chantent…

Ainsi, Gomis, un temps perturbé par l’affaire Piquionne, tenta de partir en force comme le fit Zoumana Camara vers Paris, avant de se raviser, séduit par une augmentation de salaire et un projet sérieux basé sur l’intégration de jeunes respectueux du maillot. Le nantais Dimitri Payet a lui aussi senti la solidité du discours de son coach.

Les transferts avérés de l’Association Sportive de Saint-Étienne

Arrivées

Tavlaridis de Lille

Payet de Nantes

F. Diawara retour de prêt de Sochaux

Tiéné retour de prêt de Reims

Gigliotti de Monaco

Varrault de Nice

Matuidi de Troyes

Nivaldo de Belenenses au Portugal

Douala du Sporting au Portugal

Départs

Sablé vers Lens

Diatta, libre de tout contrat

Hasek entraîneur licencié

O. Sarr vers Troyes

Moussilou retour de prêt vers Nice

Hognon vers Nice

Ilunga vers Toulouse

Vincent prèté à Gueugnon

Hautcoeur prèté à Lorient

Z.Camara vers le PSG

Mermillod vers Toulouse

 les recrues 2007-2008 de l’effectif Stéphanois:

Rudolph Douala
Né le 25 Septembre 1978 à Douala au Cameroun, il est le produit de la formation stéphanoise qui revient au bercail. A noter qu’il constitue la seconde recrue venue du Portugal. Bien que formé à l’ASSE, ce milieu offensif n’avait encore jamais joué dans l’équipe A, rejoignant Boavista en 1998. Depuis, l’international camerounais n’a pas quitté le Portugal, excepté durant une saison à oublier du côté de Portsmouth, où il fut prêté la saison dernière. Recruté pour pallier l’éventuel départ de Feindouno, il devra vraisemblablement se battre pour obtenir une place de titulaire si ce dernier devait être conservé.

Dimitri Payet
Né le 29 Mars 1987 à Saint Pierre de la Réunion, Payet fut initialement formé au Havre AC. Il est l’une des seules satisfactions de l’équipe des canaris Nantais naufragée de la saison dernière. L’un des rares à faire preuve d’un mental constant malgré les évènements contraires et à maintenir son niveau de jeu et progresser. Au bénéfice de la relégation du FCNA, il prend finalement son envol et quitte la Loire Atlantique après deux saisons passées en jaune. Il n’a eu que l’embarras du choix pour finalement se montrer convaincu par le projet des Verts. Il jouera à un poste où ni Dernis, ni Heinz ne se sont vraiment imposés : milieu gauche.

Blaise Matuidi
Né le 09 Avril 1987 à Toulouse, et formé à Troyes où il vient de passer ses cinq premières saisons, il quitte son nid après la relégation que connait son club aubois. Du fait de ses grandes qualités, le jeune espoir troyen, milieu défensif de 20 ans, était très demandé à l’intersaison, ayant indiqué qu’il ne souhaitait pas évoluer en Ligue 2. Il a choisi les Verts, semble-t-il séduit par les contours du projet stéphanois de Laurent Roussey: faire confiance aux jeunes. Sablé parti, Hautcoeur prêté, il reste malgré tout du monde à son poste : Perrin, titulaire indiscutable, Landrin, qui a montré de très belles choses l’an passé, et Guarin, à priori plus à l’aise à ce poste qu’en position de milieu droit.

Efstathios Tavlaridis
Né le 27 Janvier 1980 à Serres en Grèce, il a été formé à Iraklis Salonique. Robuste défenseur grec de 27 ans, il rejoint les Verts en provenance de Lille, où il côtoyait déjà Laurent Roussey. Avant ses quatre années passées dans le Nord, il avait déjà passé 4 ans à Iraklis Salonique, puis toujours 4 ans à Arsenal dont un prêté à Portsmouth. Recruté dans le Forez pour remplacer Vincent Hognon, il devait jouer dans un premier temps aux côtés de Camara. Mais, ce dernier ayant rejoint Paris au prix d’un bras de fer avec la direction, il aura la lourde tâche de le remplacer et de former avec Nivaldo une défense moins perméable que la saison passée.

Nivaldo
Né le 23 Juin 1980 à Feira de Santana au Brésil, Nivaldo a suivi sa formation à Coritiba. Défenseur central, Nivaldo jouait la saison dernière à Belenenses en Super Liga Portugaise, où il a inscrit 5 buts, tous de la tête. Un domaine dans lequel les Verts ont montré beaucoup de lacunes et de fébrilité depuis quelques années. Il formera la nouvelle charnière centrale du club aux côtés de Tavlaridis. Mais l’adaptation de ce défenseur longiligne puisqu’il mesure1m87 pour quelques 75kg), se fera-t-elle sans encombres quand on Tavelages les hivers que subit parfois le Forez, là réside l’inconnue.

Cédric Varrault
Né le 30 Janvier 1980 à Blois, il fit ses classes à Nice. Cadre de l’équipe niçoise depuis 9 ans, l’ex-aiglon, défenseur pugnace de 27 ans, remplace Ilunga en partance pour la Haute-Garonne au Toulouse Football Club. Sa polyvalence est un atout pour les Verts: Il peut jouer aussi bien à gauche qu’à droite. Roussey fera-t-il confiance au jeune Dabo à droite ? Le club achètera-t-il un défenseur gauche, réclamé par Roussey ? Autant d’interrogations qui font que le poste réel dans lequel il va évoluer reste encore assez flou à cette heure. Une chose est sûre, il sera titulaire dans le 11 type.…

David Gigliotti
Né le 30 Mai 1985 à Martigues, il a suivi sa formation sur le Rocher Monégasque du côté de la Turbie. Ce jeune attaquant de 22 ans n’a jamais vraiment eut la confiance de ses entraîneurs, ni la moindre chance de s’imposer dans la principauté. Prêté la saison dernière à Troyes, ce spécialiste du ciseau retourné avait pourtant réalisé une saison plus qu’honorable avec 9 buts marqués à son actif, bien mieux que nombre de ses confrères buteurs de L1. S’imposera-t-il à Saint-Etienne, alors qu’Ilan et Gomis semblent indéboulonnables ? Si ce rôle de troisième homme n’est pas pour lui déplaire, il devra se montrer néanmoins décisif pour ne pas avoir à n’être qu’un facteur de stimulation.

 Avec ses cadres

Jérémie Janot
Né le 11 Octobre 1977 à Valenciennes, il est auteur d’une superbe première moitié de saison l’an dernier obtenant à lui seul par ses exploits des points promis à ses adversaires. Le portier charismatique des Verts devra s’adapter et prendre rapidement la mesure et les automatismes avec sa toute nouvelle garde rapprochée – trois des quatre titulaires ayant quitté le club-. Nul doute que son rôle de meneur sera très important cette saison encore, Camara et Sablé étant partis sous d’autres cieux, c’est désormais à lui « l’Ancien » de l’équipe qu’incombe la responsabilité d’insuffler à ses partenaires l’esprit de l’équipe. Un rôle de relayeur taillé à sa mesure lui qui entame sa douzième saison chez les verts, seul club qu’il ait connu comme professionnel.

Araujo Ilan
Né le 18 Septembre 1980 à Curitiba au Brésil où il évolua pendant cinq saisons et demie à l’Atlético-PR hormis une à Sao Paulo. Assez curieusement, il affiche la nationalité italienne sur son passeport. En 2004-2005 il arrive à Sochaux où il marquera 22 buts en deux saisons avant de signer chez les verts en début de saison dernière. Il a inscrit 9 buts et fut étincelant jusqu’à la trêve, avant de marquer nettement le pas comme le reste de l’équipe, lui aussi semblant avoir énormément souffert du départ de Piquionne et de la gestion qui en fut faite au sein du club. Auteur de sa moins bonne saison depuis qu’il est arrivé en France, il aura à cœur de se racheter cette année même si son entente et les automatismes avec Gomis n’ont pas encore été trouvés…Les supporters attendent de lui qu’il justifie l’investissement lourd que le club a fait en s’attachant ses services.

Loïc Perrin
Natif du cru, puisqu’il est né le 07 Août 1985 à Saint Etienne, Perrin est un pur produit du centre de formation, il a la lourde tâche de faire oublier Sablé… La ressemblance avec Julien Sablé ne s’arrête pas là puisque, malgré une blessure qui l’a tenu éloigné des terrains pendant plus de la moitié de la saison dernière, il a fait un retour en grâce au mois de Mars, montrant des qualités mentales et un rôle de meneur hors du commun malgré son jeune âge. Friand de joueurs au gros coeur, le chaudron s’est entiché de lui, il est déjà l’un des piliers du club. Observé l’année dernière par Arsenal, il a récemment prolongé son contrat avec les Verts. Roussey pourrait même d’après certaines sources en faire le capitaine les verts cette année.

Bafetimbi Gomis
Né le 06 Août 1985 à La Seyne-sur-Mer, ce franco-sénégalais s’est révélé la saison dernière après le mouvementé départ de Frédéric Piquionne. Formé lui aussi à l’école stéphanoise, il grimpe tous les échelons des équipes jeunes à partir des 15 ans. IL passera un an en prêt à Troyes lors de la saison 2004-2005. Il a fait une seconde partie de championnat époustouflante en inscrivant 10 buts. A seulement 21 ans, ayant montré de belles promesses, il est sollicité et attire la convoitise d’autres clubs et frôle la brouille avec son club imitant en ce les comportements de Piquionne puis Camara. Il Clame son envie de partir à qui veut l’entendre depuis quelques semaines voulait à tout prix rejoindre Lens… Bafé Gomis se ravise finalement, il a prolongé son contrat avec les Verts, revalorisation salariale à la clé. Il ne tient qu’à lui de prouver qu’il est capable à nouveau de faire rugir la panthère de Geoffroy Guichard, comme Alex le faisait, et de ne pas décevoir les supporters qui voient en lui le nouveau Didier Drogba.

 Les jeunes intégrés au groupe Pro

Yohan Benalouane
Né le 20 Mars 1987, ce jeune défenseur franco-tunisien de 20 ans entame sa quatrième saison chez les verts. Cette année, il devrait faire son baptême du feu en Ligue 1.

Maodomalick Faye
Né le 13 décembre 1987 à Kahone au Sénégal, voici encore un jeune du centre de formation forézien à qui la chance est donnée d’intégrer, durablement cette fois, le groupe pro puisqu’il est déjà entré en jeu l’an passé. A 19 ans ce joueur polyvalent est milieu ou d’attaquant, il devrait progressivement trouver du temps de jeu sous la houlette de Laurent Roussey.

Mouhamadou Dabo
Né le 28 novembre 1986 à Dakar au Sénégal, Dabo est polyvalent évoluant tant milieu de terrain droit qu’arrière droit. Lui aussi connait la L1. Depuis peu, Il fait partie du groupe de l’équipe de France espoirs.

Moustapha Bayal Sall
Né le 30 novembre 1985 à Dakar au Sénégal, véritable tour de contrôle, avec ses 1,94m pour 90 kg. Formé à l’US Gorée puis signalé aux verts par un ancien stéphanois et alors sélectionneur du joueur, Henry Kasperczak. Il peut aussi bien évoluer défenseur central que milieu défensif et compte déjà trois sélections avec l’équipe du Sénégal. Il entame sa seconde saison à Saint Etienne où il pourrait être des bonnes surprises de cette saison de L1.

 Le contexte stéphanois

L’Association Sportive de Saint-Étienne figure parmi les deux, voire trois clubs français à posséder des groupes de supporters organisés qui se déplacent partout en France pour suivre les matchs de verts au cours de la saison. C’est un privilège rare, fruit de l’épopée fantastique en Coupe d’Europe qui s’était soldée à Glasgow lors de la finale perdue face au Bayern. Un triste mais non moins célèbre 12 Mai 1976… Les maudits montants carrés n’avaient pas empêché quelques heures plus tard les héros malheureux de remonter triomphalement les Champs Elysées (comme seuls savaient le faire les français après une défaite, 1998 n’était encore pas envisageable à l’époque…)

L’ère Roger Rocher connaîtra encore de belles heures avec la prestigieuse équipe de la saison 81-82, qui réunissait à l’époque en son sein ce qui se fait de mieux en joueurs de football français, européens et dans le monde: Platini, Rep, Castaneda, Battiston, Zimako, Lopez, Larios, Paganelli, sous la houlette de Robert Herbin, j’en passe et des meilleurs… Hélas, le glas du football dominateur sonnera pour les Verts avec la triste affaire de la caisse noire qui éclate en 1982. Après avoir connu les affres des relégations et remontées successives, des scandales, des démissions et des déceptions, le public Vert rêve enfin à un présent fait de nouveaux exploits.

Depuis l’ère glorieuse de Roger Rocher, le club de Saint-Étienne vit dans l’instabilité chronique de ses présidents, sans doute enjeu prestigieux de guerres de pouvoir. Pas moins de 11 présidences successives depuis que Roger Rocher – après 21 ans de présidence – ait été contraint de démissionner en 1982, soit à peine plus de deux années en moyenne, trop peu pour construire dans la durée.

 Palmarès:

Coupe d’Europe des Clubs Champions : Finaliste : 1976 et Demi-finaliste : 1975.

Championnat de France (10) : Champion : 1957, 1964, 1967, 1968, 1969, 1970, 1974, 1975, 1976 et 1981. Vice Champion : 1946, 1971 et 1982.

Championnat de France de D2 (4) : Champion : 1963, 1986, 1999 et 2004. Vice champion : 1938.

Coupe de France (6) : Vainqueur : 1962, 1968, 1970, 1974, 1975 et 1977. Finaliste : 1960, 1981 et 1982.

Coupe de la Ligue : Demi-finaliste : 2004, 2005

Trophée des Champions (5) : Vainqueur : 1957, 1962, 1967, 1968, 1969.

Coupe Charles Drago (2) : Vainqueur : 1955, 1958.

Coupe Gambardella (3) : Vainqueur : 1963, 1970 et 1998. Finaliste : 1958, 1964, 1971 et 1999

(*) Voici comme promis, le texte du chant des supporters stéphanois ( chanson de Monty / d’Onorio )

REFRAIN

Allez Qui c’est les plus forts

Evidemment c’est les verts

On a un bon public

Et les meilleurs supporters

On va gagner

Ca c’est juré Allez

Allez Qui c’est les plus forts

Evidemment c’est les Verts

Nous on joue au football

Et on n’a pas de frontière

Main dans la main

On va plus loin, plus loin

Allez, Allez les Verts

Dans les vestiaires avant de rentrer

Pour commencer à nous échauffer

Tous en choeur nous chantons

On est les rois du ballons

Quand on arrive sur le terrain

On les entend frapper dans leur mains

Avec eux nous chantons

Saint-Étienne sera champion

Les Supporters sont venus de loin

Ils sont fidèles ils nous aiment bien

Ils font sauter les bouchons

Quand Saint-Étienne est champion

Lire aussi :

Mercato 2007-2008 : les footballeurs qui vont faire l’OL

le PSG joue la carte jeunes

De notre partenaire l’Univers de l’Entraîneur

Lire aussi :

Salif Keïta, la panthère noire du football

Rachid Mekloufi, footballeur révolutionnaire