Jamais la Ligue des Champions n’avait offert des demi-finales aussi relevés: Al Ahly-Espérance Tunis et TP Mazembe-JSK. Que des anciens vainqueurs. Du haut des ces demies, douze titres continentaux vous contemple. Mais, ce week-end, il s’agira de faire fi du passé pour atteindre la dernière marche et ajouter une nouvelle ligne à son palmarès.


Al Ahly-Espérance Tunis (le 3 octobre à 19h30)

Faouzi Benzarti, l’entraîneur de l’EST, se montre cependant très prudent: « Al Ahly est une formation très solide. Peut-être n’affiche-t-elle plus la même domination que sous l’ère de Manuel José mais Al Ahly reste Al Al Ahly, la référence du football africain de clubs. » Il ne le dit pas mais Benzarti pense au titre au moins autant que tous ses joueurs. C’est lui qui dirigeait déjà, il y a seize ans, l’équipe sacrée championne d’Afrique.

Les Egyptiens, bien que moins brillants cette saison viseront une cinquième finale en six ans, mais leur faudra se défaire d’une équipe tunisienne résolue à redevenir roi d’Afrique ce qu’il n’est plus parvenu à faire depuis 1994, année de son unique succès dans l’épreuve. Les deux clubs se sont rencontrés la dernière fois il y a trois ans, lors des matches de poules. Au Caire, les Egyptiens avaient donné la leçon aux Sang et Or, l’emportant par 3 à 0. Au retour, les Espérantistes avaient gagné beaucoup plus difficilement, 1-0. Sue ce qui s’est passé ces dernières semaines, les données sont un peu différentes dans la mesure où les Tunisiens ont effectué un parcours presque parfait ne s’inclinant qu’une seule fois, à Lubumbashi, contre le TP Mazembe (1-2).

 TP Mazembe-JSK (le 3 octobre à 15h30)

Sorti en tête d’un groupe B particulièrement relevé, la JSK, leader invaincu (4 victoires, 2 nuls), aura fort à faire face au TP Mazembe, champion d’Afrique en titre. Moins en verve ces dernières semaine, le tenant reçoit les Canaris toujours privé de son buteur et capitaine, Trésor Mputu et Guy Lusadisu, suspendus pour un an après la FIFA après les incidents ayant émaillé le tournoi de la CECAFA. Fort d’un parcours remarquable, le Suisse Alain Geiger est convaincu que son équipe a toutes les qualités pour poursuivre dans cette voie à Lubumbashi. « Leur point fort, analyse-t-il, c’est leur ligne d’attaque à trois hommes. Leur point faible, c’est la défense. A nous de savoir en profiter. Un bon résultat là-bas n’est pas un challenge insurmontable. »

Les Algériens seront soutenus par tout un pays, qui rêve d’un retour sur la scène continental au niveau des clubs après le renouveau de la sélection nationale. La JSK pourra compter sur Saâd Tedjar, de retour après une blessure au visage. La pression sera terrible sur les épaules des Kabyles, dans un stade chauffé à blanc, couplé par la polémique qui oppose le club à la FAF pour une sombre affaire de primes.

 Matches retour le week-end du 15-16 et 17 octobre