En quart de finales de la Cosafa, l’Angola a gagné aux pénaltys. Déçus, les supporters malawites ont gâché la fête à coups de poing.


Victoire du match pour les Angolais, mais victoire  » aux poings  » pour le Malawi. Le second quart de finale de la coupe de football Cosafa 2000 (le tournoi par élimination qui oppose chaque année les pays d’Afrique australe), qui s’est joué dimanche à Blantyre, a encore donné une piètre image de la sportivité des supporters africains, à l’issue d’un match soporifique et dominé seulement par la prestation héroïque des gardiens de but de chaque équipe.

Après un zéro à zéro – mérité de part et d’autre – à la fin des prolongations, la qualification de l’Angola n’a été acquise qu’à l’issue de la séance des tirs au but par cinq à quatre. Malheureusement, deux des buts angolais ont été marqués lors d’une deuxième tentative, ordonnée par l’arbitre parce que le gardien malawite s’était avancé avant le tir du joueur adverse.

Le Zimbabwe en demi-finale

Bien que la vidéo ait confirmé le bien-fondé des deux interventions de l’homme en noir, le double incident a déchaîné la colère d’une partie des 50 000 supporters locaux. Les troubles ont éclaté à la sortie du stade, et la police a dû faire usage de gaz lacrymogènes pour disperser le coup de colère. Un joueur angolais a été blessé par un jet de pierre à l’intérieur du bus qui transportait sa formation. Quant à l’arbitre sud-africain de la partie, il n’a dû qu’à ses bonnes jambes d’échapper à la foule qui le poursuivait, une heure après le match, dans les couloirs de son hôtel.

En demi-finales, l’Angola rencontrera le Zimbabwe. Les deux quarts restant à jouer devront départager le Lesotho et la Zambie d’une part, et d’autre part, l’Afrique du Sud et le Swaziland.