Cette fois, c’est officiel. A l’issue de plusieurs réunions avec le président de la Fédération marocaine (FRMF), Fouzi Lekjaa, tout au long de la semaine, Hervé Renard a annoncé son départ du poste de sélectionneur du Maroc ce dimanche. En fonctions depuis février 2016, le technicien français a précisé que le fiasco à la CAN 2019 (élimination contre le Bénin en 8es de finale) n’avait pas influé sur son choix.

«Il est temps pour moi de clore ce long et beau chapitre de ma vie, non sans une certaine émotion et tristesse, mais c’est une décision inéluctable prise bien avant la CAN 2019», a écrit sur Twitter le double vainqueur de la CAN, qui était sous contrat jusqu’en 2022.

«J’ai pris cette décision après l’avoir – évidemment – mûrement réfléchie. Elle est par conséquent irréversible et Monsieur Fouzi Lekjaa, président de la Fédération Royale Marocaine de Football, vient d’en être informé de manière officielle», a-t-il poursuivi. «Il s’est d’ailleurs engagé contractuellement à respecter ma décision, ce dont je le remercie. Merci aux joueurs, au staff, aux fans, aux journalistes intègres et tous ceux qui m’ont apporté et surtout démontré leur soutien.»

Un bilan positif malgré une fin en eau de boudin

Même si l’aventure s’achève sur une immense déception, Renard aura en grande majorité laissé de bons souvenirs au peuple marocain, lui qui a ramené les Lions de l’Atlas au premier plan sur l’échiquier africain, comme en attestent la participation au Mondial 2018 après 20 ans d’absence en Coupe du monde, et la remontée au classement FIFA (de la 81e à la 47e place). Sous ses ordres, le Maroc aura connu un quart de finale de CAN en 2017, un 8e de finale en 2019 et surtout un premier tour de Coupe du monde en 2018.

Reste désormais à savoir quelle direction va prendre l’homme à la chemise blanche : Afrique, Asie, clubs en Europe ou dans le Golfe, tout est envisageable… Sa succession ne s’annonce en tout cas pas évidente. Si le nom de Bruno Genesio (ex-Lyon) a beaucoup circulé il y a quelques semaines, les rumeurs les plus insistantes mènent désormais à l’ex-sélectionneur de l’Algérie, Vahid Halilhodzic, passé par le Raja Casablanca en 1997-1998 et annoncé sur le départ à Nantes.

Le communiqué d’Hervé Renard

Image