Près de 15 jours après le fiasco du Maroc à la CAN 2019 (élimination en 8es de finale contre le Bénin), le deuxième adjoint du sélectionneur Hervé Renard, Mustapha Hadji, a pris la parole sur les ondes de Radio Mars pour faire le bilan de la compétition. Et l’ancien international ne s’en cache pas, le staff technique possède une lourde part de responsabilité.

«On est les premiers responsables, de la prestation et de la défaite contre le Bénin. Je ne parle pas des joueurs, je parle du staff technique. On est les premiers déçus. On avait des possibilités de battre le Bénin. On a peut-être fait de mauvais choix. C’est essentiellement notre faute… Il ne faut pas blâmer les joueurs ni la fédération», a estimé le Marocain. «Les joueurs ont peut-être trop joué de matchs. Peut-être contre l’Afrique du Sud, il aurait fallu mettre 80% de l’équipe au repos. On a des joueurs comme Boussoufa, El Ahmadi, Saïss, Ziyech, Belhenda qui ont fait pratiquement tous les matchs… De les faire jouer des matchs complets tous les 3-4 jours, à ce niveau-là, on a fait une grosse erreur, c’est certain.»

Même s’il s’inclut dans l’autocritique, Hadji a tout de même envoyé quelques piques à Hervé Renard au passage. «Chacun donne sa vision, mais Hervé Renard c’est le patron au final», a-t-il notamment déclaré avant de regretter la faible présence de joueurs locaux dans la liste du Français. «Aujourd’hui, je constate qu’il y a quatre clubs qui ont été énormes sur le plan africain, avec de grands joueurs. Je pense qu’il serait logique de convoquer des joueurs de la Botola en équipe nationale. Je ne parle pas de deux ou trois joueurs. Je vous parle d’un ensemble de joueurs qui ont été à la hauteur de ce qu’on attend d’eux. Tu ne peux pas aller jouer une finale, aller chez les Tunisiens et les Égyptiens, les mettre en difficulté, et ne pas jouer en équipe nationale, ce n’est pas normal.» Le message est passé, mais visiblement celui-ci ne s’adresse plus à Hervé Renard qui devrait annoncer son départ lors des prochains jours.