C’est la fin de la saga de l’été : Michaël Essien va être transféré de l’Olympique lyonnais vers Chelsea pour un montant record de 38 millions d’euros. Le recrutement du milieu international ghanéen, qui n’a pas repris le championnat de Ligue 1 avec Lyon, était l’objet de tractations depuis près de deux mois entre le président du club champion de France, Jean-Michel Aulas, et la direction du club londonien, appuyée par son milliardaire de président, le Russe Roman Abramovich.


Enfin libre ! L’International ghanéen de l’Olympique lyonnais (OL) a finalement obtenu son bon de sortie et son transfert vers le club de Chelsea, dimanche, pour un montant record, dans le championnat de France, de 38 millions d’euros. Il doit signer un contrat de cinq ans, jeudi, après avoir effectué sa visite médicale. Le technique et surpuissant milieu défensif était l’objet d’un bras de fer entre les directions des deux clubs depuis plus de deux mois : Lyon et son volubile président, Jean-Michel Aulas, face au directeur général du club londonien, Peter Kenyon, émissaire du milliardaire russe propriétaire de Chelsea, Roman Abramovich. Le montant proposé par Chelsea à Lyon pour son joyau ghanéen, à l’origine (fin juin) de 16,75 millions de livres (environ 25 millions d’euros), a rapidement atteint les 35 millions d’euros. Une somme que seul Chelsea et son magna du pétrole peut dépenser dans la planète football, en ces temps de disette, et que Lyon, qui avait fait venir « le bison » de Bastia (Corse) pour 11 millions d’euros, ne pouvait refuser.

« Financièrement, c’est une extraordinaire opération. Cela représente un tiers de notre budget et le budget total de certains clubs de Ligue 1 », a admis Bernard Lacombe, ex-entraîneur et actuel conseiller de Jean Michel Aulas, lors de la concrétisation du transfert. Pourtant, pendant deux mois, Jean-Michel Aulas, qui se veut maître de la situation, fixe ultimatum sur ultimatum au champion d’Angleterre pour faire monter les enchères. Comme l’avait expliqué Arsène Wenger, l’entraîneur d’Arsenal, et regretté Fabien Piveteau, l’agent d’Essien : « il y a désormais un prix pour Chelsea et un prix pour les autres ». Aulas annonce à qui veut l’entendre qu’Essien ne partira pas pour moins de 45 millions d’euros (la somme proposée par Chelsea à Liverpool pour le milieu Steven Gerrard), puis 45 millions plus un joueur, au gré de ses humeurs, mais sur un ton toujours rédhibitoire. Jusqu’à déclarer le dimanche 7 août, sur le site Internet de son club, que « L’affaire Essien est terminée. Il est et reste Lyonnais. » Ajoutant sur un ton emphatique : « L’Angleterre a eu les Jeux olympiques mais Chelsea n’aura pas Michael Essien. »

Essien retrouve Drogba

Le principal intéressé, d’habitude jovial, est devenu bougon. Il a annoncé dans la presse qu’il ne se voyait plus à Lyon et qu’il souhaitait rejoindre les Blues. Forcé de participer à un tournoi de préparation en Asie, fin juillet, il n’est pas dans le groupe lyonnais à la reprise du championnat, le 29 juillet dernier : « Je considère qu’il ne fait pas partie de l’effectif tant que les choses ne sont pas réglées sur son cas dans un sens comme dans l’autre », explique Gérard Houllier à l’AFP avant la troisième journée de Ligue 1. L’entraîneur lyonnais ajoute néanmoins que « Michael Essien est formidable à l’entraînement. Il est un partenaire comme les autres et il est très concentré. » Tant mieux pour les Blues, qui pourrons compter sur un Michaël Essien d’attaque, dès le week-end prochain, à l’occasion de la seconde journée de Premier League (première division anglaise).

L’International ghanéen va retrouver à Chelsea l’attaquant ivoirien Didier Drogba – transféré de Marseille pour un montant déjà record de 33 millions d’euros, en 2005 – qui s’est félicité de la venue de « l’un des meilleurs milieux de terrain du monde ». Il risque de former avec Franck Lampard l’une des meilleures charnières centrales du monde. Seulement âgé de 22 ans, Essien est arrivé en 2000 à Bastia du Liberty Accra FC, au Ghana, club de sa ville natale. Il passera trois saison sur l’Ile de Beauté, tantôt positionné sur l’aile droite, tantôt à gauche ou au centre. Avec Lyon, ila déjà remporté deux titres de champion, inscrivant quatre buts en Ligue 1 la saison passée. Il a sans doute tapé dans l’œil de l’entraîneur portugais des Blues, José Mourinho, lors de la Ligue des Champions 2005, où il s’est montré indispensable à son club et a inscrit cinq buts en dix rencontres. Coéquipiers, entraîneur, président, c’est tout l’OL qui regrette déjà le départ de Michael Essien. Reste à espérer qu’il ne sera pas cette année le bourreau de son ancien club dans la compétition européenne.