La semaine dernière, Hans-Joachim Eckert, président de la chambre de jugement de la commission d’éthique de la FIFA, a rendu son verdict sur le « rapport Garcia » au sujet des soupçons de corruption qui entourent l’attribution du Mondial 2018 à la Russie et 2022 au Qatar. Sur conseil de l’Allemand, la FIFA a porté plainte mardi auprès de la justice suisse, estimant qu’elle disposait de davantage de pouvoirs pour enquêter que sa propre chambre d’instruction. « Seront étudiés de possibles manquements de personnes en relation avec l’attribution des Mondiaux. (…) Il semble que, dans des cas isolés, des transferts notamment financiers en relation avec la Suisse ont eu lieu, ce qui mérite une enquête de la part des autorités« , indique notamment le communiqué de l’instance dirigeante du ballon rond. Néanmoins, aucun coup de tonnerre n’est à attendre. La FIFA évoque des transgressions « mineures, de portée très limitée » mais rien en mesure de remettre en cause l’ensemble du processus d’attribution des Coupes du monde 2018 et 2022.