Vendredi, la Coupe du monde féminine de football a débuté en France. Voici 5 choses à savoir sur l’Afrique du Sud, le Cameroun et le Nigeria qui représenteront l’Afrique dans cette compétition.

1. Une dernière édition très mitigée. Les trois représentants africains ont connu des fortunes très diverses lors de la précédente édition en 2015. D’un côté, le Cameroun avait imité l’exploit du Nigeria en 1999 en devenant la 2e sélection africaine de l’histoire à franchir le premier tour (élimination contre la Chine en 8es). Mais, dans le même temps, le Nigeria n’était pas parvenu à tirer son épingle du jeu dans un groupe compliqué et la Côte d’Ivoire avait vécu un calvaire avec trois défaites dont un humiliant 10-0 contre l’Allemagne…

2. La cause des femmes avance. Les fédérations africaines ont montré de beaux exemples ces dernières semaines en termes d’égalité des sexes. L’Afrique du Sud a ainsi mis en place des primes quasiment équivalentes pour les femmes au Mondial que pour les hommes à la CAN 2019, tandis que le Cameroun a choisi les Lionnes pour dévoiler son nouveau maillot confectionné par Le Coq Sportif.

3. Le Cameroun peut-il refaire le coup ? Si le Canada, qui a décroché le bronze aux JO 2016, et les Pays-Bas, vainqueurs de l’Euro 2017, feront figure de favoris dans le groupe E, les Lionnes Indomptables peuvent tout de même tirer leur épingle du jeu en espérant finir 3es (les 4 meilleurs 3es des six groupes se qualifient) et ainsi franchir l’obstacle du premier tour, comme en 2015. Pour cela, il faudra tenter d’accrocher un «gros» et faire le plein contre la Nouvelle-Zélande, adversaire le plus modeste du groupe. Cliquez ici pour découvrir la liste du Cameroun.

4. Le Nigeria, un géant africain rarement à la hauteur. Terreur en Afrique et vainqueur de sa 9e CAN fin 2018 (la 3e d’affilée), le Nigeria peine en revanche au Mondial, où il a franchi le premier tour à une seule reprise, en 1999. Cette fois, les Super Falcons devront se frotter aux hôtes françaises, ainsi qu’à la Norvège, une place forte du foot féminin. Tout pourrait se décider face à la 3e équipe de ce groupe A, la Corée du Sud. Les Nigérianes compteront sur leur superstar, l’attaquante du FC Barcelone, Asisat Oshoala, élue Joueuse Africaine de l’année à trois reprises et buteuse lors de la dernière finale de Ligue des champions (défaite 4-1 contre Lyon). Cliquez ici pour découvrir la liste du Nigeria.

5. Kgatlana, le facteur X de l’Afrique du Sud. Pour leur premier Mondial, les Banyana Banyana n’ont pas été gâtées en héritant dans le groupe B de deux ogres du football féminin : l’Allemagne, vainqueur des JO 2016, et la Chine, une vieille connaissance qui les avait battues 2-0 aux JO 2016. La 3e équipe du groupe, l’Espagne, est sur la pente ascendante. Pas évident donc, mais les Sud-Africaines pourront compter sur leur attaquante Thembi Kgatlana (Beijing BG Phoenix), élue Joueuse Africaine de l’année en 2018 après avoir terminé meilleure joueuse et buteuse de la CAN avec 5 buts en 5 matchs. Charge à la jeune femme de confirmer au plus haut niveau.

Les 6 groupes :

Groupe A: France, Corée du Sud, Norvège, Nigeria

Groupe B: Allemagne, Chine, Espagne, Afrique du Sud

Groupe C: Australie, Italie, Brésil, Jamaïque

Groupe D: Angleterre, Ecosse, Argentine, Japon

Groupe E: Canada, Cameroun, Nouvelle-Zélande, Pays-Bas

Groupe F: Etats-Unis, Thaïlande, Chili, Suède

Sur le même sujet : le programme de samedi