Des joueuses en pleurs, qui perdent leurs nerfs et qui refusent de reprendre le jeu. A deux reprises, on a assisté à des scènes pour le moins insolites dimanche lors du 8e de finale de la Coupe du monde féminine entre l’Angleterre et le Cameroun (3-0) et ce match a viré au psychodrame avec des Lionnes Indomptables s’estimant, à tort, victimes d’un acharnement de la part de la VAR.

Ce comportement leur a valu un violent tacle du sélectionneur anglais, Phil Neville, qui a déclaré : «J’ai honte de ce que j’ai vu ce soir. Que 5, 6 ou 7 millions de personnes aient regardé ce match et vu ce type de comportement me rend triste. Je n’avais jamais vu ça sur un terrain de foot, j’ai vraiment honte du comportement des adversaires et mes joueuses n’ont pas apprécié non plus.»

«Une très mauvaise image, non seulement du football féminin africain, mais du foot africain»

Au-delà de ces propos, l’attitude des Camerounaises risque de leur valoir des sanctions, de la part non seulement de la FIFA, mais aussi de la Confédération africaine de football (CAF) ! D’après la BBC qui cite Isha Johansen, présidente de la commission du football féminin de la CAF, l’instance panafricaine va ouvrir une enquête sur l’attitude des Lionnes durant le match.

«Ce match a donné une très mauvaise image, non seulement du football féminin africain, mais du foot africain en général. C’est un problème qui doit être traité au plus haut niveau par les instances», a estimé la Sierra-Léonaise. Également dans le viseur de la CAF : la défenseure Augustine Ejangue, accusée d’avoir craché sur le bras de l’attaquante anglaise Toni Duggan. Voilà qui n’augure rien de bon pour la sélection féminine du Cameroun, pourtant sur la pente ascendante ces dernières années…