Robert Nouzaret, ancien sélectionneur de la Côte d’Ivoire ou de la Guinée, jette pour Afrik-Foot.com un œil critique sur la Coupe d’Afrique des Nations en Angola. Bilan acerbe d’une première semaine de compétition où l’entraîneur français met en exergue l’attitude déplorable de la Confédération africaine de football.


Afrik-Foot.com: Robert, quels enseignements peut-on tirer de cette première semaine de compétition en Angola?

Robert Nouzaret:
Pour le moment, il y a deux choses à retenir: le drame qui a touché le Togo et la mauvaise entrée des favoris.

Pour parler de cette attaque, que pensez-vous de l’attitude de la Confédération africaine de football?

Elle a été en dessous de tout. Je trouve que l’on a manqué de respect vis-à-vis du Togo. J’ai le sentiment que si cela avait été le Cameroun, la Côte d’Ivoire ou l’Égypte, cela aurait été une autre histoire… Imaginez si Drogba ou Eto’o avait été touché et ne pouvait pas jouer au foot ! Le Togo, c’est une nation moins médiatique. Bon, Adebayor a été épargné mais il y a eu un vrai manque de vigilance au niveau de la sécurité ou du relationnel. On aurait pu les laisser rentrer, faire leur deuil pendant trois jours et revenir jouer. C’était facile. La CAF n’a pas été à la hauteur du football. Ni le comité d’organisation d’ailleurs. Il faudrait peut-être que la FIFA leur tape sur les doigts. Ou que les joueurs montent au créneau.

Comment ?

Il n’y a aucun respect des joueurs, le calendrier est fou… Et tout ça, ça se fait au détriment de la qualité du football. Il y a beaucoup à faire. D’autant qu’il y a une corruption latente dans ce milieu, beaucoup d’arrangements entre amis… Un gars comme Eto’o est un joueur intelligent. Si il bougeait, avec Drogba par exemple, il pourrait créer un vrai rassemblement avec l’association des joueurs africains. Et là, on pourrait faire bouger les choses: lutter contre la corruption, l’inorganisation… Il faut arrêter avec tout ça ! Quand on voit que, aujourd’hui encore, il y a des problèmes sur les horaires des entraînements… C’était déjà le cas à mon époque! Les joueurs africains sont très bons, les dirigeants moins… Entre incompétence et laxisme, c’est dommage. Le monde entier a les yeux tournés vers l’Afrique et voilà le spectacle qu’on présente… L’affaire du Togo aurait dû faire réagir. La Coupe du monde se déroule dans 6 mois en Afrique, il va forcément y avoir un amalgame…

Pour revenir au football, comment vous expliquer les contre-performances des cadors?

C’est difficile à dire. Il y a de nombreuses explications générales, telles que le climat ou le manque de concentration des joueurs des grosses cylindrées, qui se sont – peut-être – vu un peu trop beaux. Après, il y a des explications plus spécifiques. Par exemple, j’ai été très surpris par le résultat de l’Algérie face au Malawi. 3-0, quand même! J’attendais les Algériens à un autre niveau… Pour la Côte d’Ivoire, c’est différent. Ils ont eu des occasions mais ils ne réussissent pas à les mettre au fond, face à une équipe défensive. Maintenant, les Éléphants sont en danger: ils ne jouent que deux matches et il faut désormais battre le Ghana.

Et les autres? Le Nigeria face à l’Egypte et le Cameroun contre le Gabon, notamment.

Bon, le Nigeria, c’est quand même une demi-surprise. Ils ont perdu contre l’Égypte, qui est double champion continental en titre. Ce n’est pas n’importe qui. L’Égypte était un peu oubliée des pronostics, ils ont voulu remettre les pendules à l’heure. Le Nigeria a un bon jeu collectif, ils peuvent s’en remettre à ça et sont, à mon avis, à l’abri des contre-performances. Quant au Cameroun, il est tout simplement tombé sur un Gabon ultra motivé et efficace. Ils ont la pression pour les deux prochains matches.

Heureusement, il y a beaucoup de buts…

Ça ne me surprend pas! Avec la qualité des attaquants africains, c’est normal! Les équipes ne calculent pas. C’est aussi ça, la qualité du football africain: ils jouent pour gagner, pas pour ne pas perdre.

Est-ce qu’on ne peut pas l’expliquer par la faiblesse des gardiens?

Vous savez, un but, c’est forcément à cause d’une erreur en défense. Alors, oui, les gardiens n’ont pas brillé en ce début de compétition mais les grandes stars non plus. On attendait Drogba, Eto’o et on eu Flavio et Manucho… Après, il y a des gars comme Ovono, le gardien du Gabon, qui font le boulot. Et plutôt pas mal. Non, ce qui me désole surtout, ce sont les stades à moitié vides ! Cela joue sur le spectacle, c’est sûr. Là encore, c’est une erreur de la CAF. Jouer la CAN dans un pays pauvre, sans garantir l’accès aux tribunes des supporters… Quelle idée ! La CAF aurait dû demander ça. La CAN, c’est une fête pour toute l’Afrique, c’est du pain béni pour un peuple.

Est-ce qu’on peut imaginer que les grands joueurs qui ne répondent pas présents ont déjà la tête à la Coupe du monde cet été?

Mais non ! Ce sont des inventions de journalistes, ça ! L’Afrique du Sud, c’est dans 6 mois. La CAN, c’est aussi important que le championnat d’Europe. Vous imaginez, vous, un Buffon, un Henry ou un Lampard penser à un match qui va avoir lieu dans 6 mois ? Non, même les grands joueurs ont le droit de passer à travers, de ne pas marquer, de rater un match. Seulement, là, ils sont en sélection donc les yeux sont braqués sur eux. En club, s’ils se loupent, ils peuvent se rattraper le match d’après. Là, ils n’ont pas le choix. Du coup, pour certaines équipes, comme le Cameroun ou la Côte d’Ivoire, ça sent déjà la poudre. Ils n’ont plus le droit à l’erreur. Surtout pour les Éléphants qui jouent dans un groupe à trois.

Est-ce que vous pensez qu’une des grosses équipes va rester sur le carreau?

Les deux équipes pour lesquelles c’est le le plus difficile, c’est la Côte d’Ivoire et le Cameroun. Je ne me fais pas de soucis pour le Cameroun, ils sont très forts mentalement. Les Ivoiriens ont de grandes qualités tactique et technique mais, dans la tête, c’est plus compliqué… Tout va dépendre du résultat face au Ghana.

Ces mauvaises performances des favoris ouvrent la voie à un troisième sacre consécutif pour l’Egypte…

Je n’avais pas fait de l’Egypte un favori mais ils sont là. Les Egyptiens ont su répondre présents au bon moment, en frappant un grand coup face au Nigeria. Ils ont une grande force: leur jeu collectif. En plus, 99% de l’équipe est composée de joueurs locaux. L’Egypte est le meilleur championnat du continent, le plus pro. Les joueurs aussi, le niveau est proche de celui de l’Europe. Il ne faut donc pas les négliger.

 Lire aussi:
Nouzaret: « Il faut faire la CAN au moins une fois dans sa vie »