Dans un large entretien accordé à RFI, Paul Le Guen parle de la forte pression qu’il ressens car il y a « une attente colossale parce que le lien entre l’équipe nationale et le peuple au Cameroun, c’est quelque chose d’incomparable ». Il reste confiant, parlant cependant des petites questions d’organisation et surtout de sa volonté de régler la question des primes le plus vite possible afin d’éviter les problèmes qui avaient minés la sélection en 2002.