Le défenseur du PSG, Serge Aurier, a été placé en garde à vue très tôt lundi matin à Paris. L’Ivoirien aurait insulté et asséné un coup de coude à un agent de la BAC qui le contrôlait à l’issue d’une sortie en boîte de nuit un peu agitée.


Encore une casserole qui risque d’écorner l’image de Serge Aurier. Blessé et non retenu en sélection ivoirienne, le latéral droit du Paris Saint-Germain se trouve actuellement en vacances, en profitant notamment pour se rendre en boîte de nuit. C’est justement en sortant d’une discothèque que l’ancien Toulousain a été placé en garde à vue, très tôt ce lundi matin, un peu avant six heures, dans le quartier des Champs-Elysées.

Légèrement alcoolisé, l’Eléphant ferait partie d’un groupe de personnes qui a insulté des agents de la BAC qui patrouillaient dans le secteur à la suite d’une sortie de boîte « un peu agitée » selon Le Monde. Tout a commencé lorsque les policiers ont décidé de contrôler une Porsche Cayenne stationnée au milieu de la chaussée, rapporte France Info. Assis à l’avant du véhicule, le Parisien aurait alors commencé à se montrer agressif. « Vous ne savez pas qui je suis, vous allez le regretter« , aurait-il lâché.

Plainte déposée contre Aurier

Mais le défenseur ne s’en serait pas arrêté aux menaces puisqu’il aurait été placé en garde à vue pour « violences volontaires contre dépositaire de l’autorité publique » après avoir donné un coup de coude à un policier, qui a porté plainte pour « violences« .

Finalement calmé par son entourage, le joueur se serait laissé interpeller sans opposer de résistance avant d’être emmené au commissariat du 8e arrondissement. Après l’affaire Periscope et la diffusion d’une vidéo où il insultait notamment son entraîneur Laurent Blanc, ce nouveau dérapage pourrait être celui de trop pour Aurier, qui risque cette fois d’être lâché par son club…

MAJ 21h : Selon L’Equipe, la garde à vue de Serge Aurier a été prolongée de 24 heures. « Il n’y a eu aucun coup de la part de Serge, ni un coup de coude, ni quoi que ce soit. Il leur a répondu (aux policiers, ndlr) mais il n’y a pas eu d’échanges de coups », a assuré le clan du joueur au quotidien sportif.