Les révélations sur l’attribution du Mondial 2022 au Qatar, entachée de forts soupçons de corruption, se poursuivent. En décembre dernier, Phaedra Almajid, ancienne membre du comité de candidature du Qatar, avait confirmé les doutes en indiquant que trois dirigeants de la CAF étaient mêlés au scandale. Mais sans dévoiler leur identité. Jusqu’à la semaine dernière.

Dans un documentaire diffusée sur la chaîne allemande ARD, Phaedra Almajid a tout balancé en révélant qu’Issa Hayatou, président de la CAF depuis 1988, son ancien rival Jacques Anouma et le Nigérian Amos Adamu, déjà suspendu pour corruption, sont les trois dirigeants impliqués. Début 2010, au cours d’une rencontre officieuse dans un hôtel de Luanda, ils auraient chacun obtenu un million et demi de dollars de dons pour leurs fédérations respectives en échange d’un vote en faveur du Qatar lors de l’attribution du Mondial 2022 en décembre 2010.