Samuel Eto’o, Didier Drogba, Emmanuel Sheyi Adebayor, Benedict Mc Carthy et Augustine Okocha. Les cinq footballeurs ont été choisi cette année pour se disputer le titre de meilleur joueur de la Confédération africaine de football. Un seul regret, aucun des finalistes tunisiens et marocains de la Coupe d’Afrique des Nations 2004 ne figure dans ce tableau du football africain.


Samuel Eto’o se consolera -t-il de sa quinzième place au classement du Ballon d’or 2004 en conservant son titre de meilleur joueur de la Confédération africaine de football (Caf), le 15 février prochain ? Le virevoltant attaquant camerounais aura fort à faire, cette année, opposé à Didier Drogba, Emmanuel Sheyi Adebayor, Benedict Mc Carthy et Augustine Okocha. La lutte semble cette année devoir se réduire à un duel entre les attaquants du FC Barcelone et de Chelsea, deux des clubs qui pratiquent le plus beau football de la planète. Mais le Sud-africain Benny Mc Carthy aura aussi son mot à dire, lui qui a été cette année, de loin, le plus titré des cinq joueurs sélectionnés par la commission technique et presse de la Caf. Le Nigérian Augustine Okocha, qui a 30 ans a déjà remporté le titre, et le jeune Togolais Emmanuel Adebayor, qui a encore le temps pour faire de même, complètent la sélection.

Ni la Tunisie, championne d’Afrique des Nations 2004, ni le Maroc, finaliste de la compétition, ne sont représentées dans ce tableau du foot africain ! Le jury a sans doute jugé qu’aucune individualité n’a surnagé au sein de ces deux sélections, qui ont dominé la Can 2004 grâce à leur collectif. Hatem Trabelsi, l’excellent défenseur de l’Ajax Amsterdam, même s’il a connu quelques difficultés physiques en fin d’année, n’aurait pourtant pas dépareillé parmi cette brochette d’attaquants. Pas moins que le néo-tunisien du FC Sochaux, Francileudo Santos.

Le choc des titans

Reste que ni l’un ni l’autre n’auraient fait de l’ombre aux deux titans africains du football mondial que sont Didier Drogba et Samuel Eto’o. Pour la première fois depuis longtemps, le titre de meilleur joueur africain ne semble pas acquis d’avance. Trente deux matchs de championnat joués avec l’Olympique de Marseille en 2003-2004 et 18 buts marqués pour le surpuissant attaquant ivoirien. Trente deux apparitions dans la Liga (1è division espagnole) avec le Real Majorque et 17 buts inscrits pour le virevoltant numéro dix camerounais. Les deux joueurs se suivant jusqu’en Ligue des Champions, où le premier a trouvé le chemin des filets à cinq reprises en huit rencontres et le second à quatre reprises en sept occasions…

Didier Drogba, devenu le joueur africain le plus cher de l’histoire en passant à Chelsea, en 2004-2005, pour près de 36 millions d’euros, a montré avant de se blesser que le club londonien ne s’était pas trompé en l’engageant. Peut-être aurait-il aussi bien fait que Samuel Eto’o, sans sa blessure à la cheville ? Le Camerounais, qui a rejoint les « blau grana » du FC Barcelone, a survolé ce début de saison. Parfaitement servi par Xavi et Ronaldinho, par sa vitesse, sa puissance et sa technique, il tourne presque à un but par match en championnat (10 en 12 rencontres) et en a inscrit trois en cinq matchs dans la Ligue des Champions.

Mc Carthy le plus titré

Des buts et du style, mais pas encore de titres pour les deux titans. Au contraire de Benny Mc Carthy, qui a tout remporté avec le FC Porto en 2003-2004. De la Ligue des Champions au Championnat portugais, en passant par la Coupe nationale, l’attaquant des Bafana Bafana vient tout juste de battre le club colombien de Once Caldas dans la dernière Coupe Intercontinentale de l’histoire. Il a tourné durant la saison 2003-2004 à vingt buts en 29 rencontres. Ce qui n’a pas empêché ses dirigeants de chercher à se débarrasser de lui en début de saison. Résultat, aucun match de championnat joué. Mais devant l’inefficacité des attaquants censés le remplacer, l’entraîneur Victor Fernandez l’a finalement fait rentré en Ligue des Champions. Le Sud-africain a qualifié son club pour les huitièmes de finales de la compétition, pourtant très mal parti, et plus personne ne songe à le vendre sur les rives du Douro.

Parmi les cinq sélectionnés, Okocha et Adebayor sont peut-être les joueurs qui ont le moins de chance de remporter le titre. Le capitaine des Bolton Wanderers est certes indispensable à son club. Ce qui explique son arrivée tardive à la Can 2004, une compétition dont il a été élu meilleur joueur. Mais son placement, en organisateur du jeu, ne lui offre guère l’opportunité de marquer des buts… et les esprits. Hormis sur ses splendides coups franc. A l’opposé, l’International togolais Emmanuel Adebayor a été peu titularisé par son club, Monaco, la saison passée. Et il n’a pas été aussi décisif que Fernando Morientes ou Ludovic Giuly dans le fabuleux parcours de l’ASM en Ligue des Champions. Ce n’est que cette saison que le longiligne attaquant – 1,95 m. pour 75 kg – a vraiment trouvé sa place au sein des rouges et blanc, multipliant les passes décisives et les buts. Il en est déjà à six buts en championnat et deux en Ligue des Champions. A vingt ans, le Togolais, a encore du temps pour faire aussi bien que son modèle, le Nigérian Nwanko Kanu, deux fois (1996 et 1999) désigné meilleur joueur africain.