Au lendemain de l’annonce par Emmanuel Adebayor de son retrait de l’équipe nationale, les commentaires vont bon train au sein des fans de la star et de la famille du football togolais


De notre correspondant

Cette fois, c’est officiel: Emmanuel Adebayor a raccroché ses crampons internationaux. Assis à l’ombre d’un arbre, Coco Akakpo, élève d’une vingtaine d’années, n’a pas su retenir ses larmes à l’évocation du nom de Sheyi Adebayor, qui pour lui « a fait venir beaucoup de joueurs à la sélection togolaise et utilise parfois ses propres moyens pour le bien du football ».

« Je suis très triste. Sincèrement. Ça me fait mal de ne plus pouvoir revoir mon joueur préféré évoluer au sein des Éperviers. Je n’arrive pas à y croire. S’il maintient sa position, je peux comprendre qu’il n’aime pas son pays », a confié, le supporter numéro un du capitaine de l’équipe nationale togolaise.

« C’est inutile de juger capitaine des Éperviers. Il a ses raisons. Il est le seul à savoir ce qu’il vit depuis le drame de Cabinda. S’il dit qu’il n’a plus son cœur avec l’équipe nationale, c’est sincère plutôt qu’il joue à l’hypocrisie », estime Aimé Tsogbé, conducteur de taxi-moto et supporter des Eperviers qui ajoute : « C’est comme une épée de Damoclès qui s’abat sur le foot togolais. Une équipe nationale sans Adé ne vaudra rien. Il est jusqu’à ce jour l’espoir de la jeunesse togolaise », précise-t-il.

Coup dur pour la sélection

Pour l’opinion, la « dure décision » de l’avant-centre de Manchester City et désormais ex-capitaine des Éperviers va porter un coup dur sur la sélection nationale.

« La retraite d’Adebayor vis-à-vis du Togo va causer beaucoup de dommages au sein de la sélection togolaise. Il est le leader de l’équipe. Son retrait va démotiver beaucoup de jeunes joueurs qui veulent venir en sélection. En dehors du terrain, il est le seul interlocuteur capable de pression auprès des autorités », estime un membre de la fédération togolaise de football.

« Dans l’atmosphère actuelle, il n’est pas sûr que les autorités veuillent convaincre le joueur puisque, à l’heure actuelle, le football est mis entre parenthèse. On préfère plutôt gérer l’après élection et la fête de l’indépendance », souligne plutôt un proche de l’ancien président de la FTF, Tata Avléssi.

Contre la CAF?

Cette position du joueur togolais reste incompréhensible pour d’autres acteurs de la scène du football togolais. « Après la lettre que Sheyi avait écrite, demandant un règlement à l’amiable, une polémique s’est installée et il avait menacé d’arrêter la sélection. Je comprends mal pourquoi Adebayor se met en retrait, dans le cas où sa proposition est acceptée par la FIFA et la CAF », s’interroge Augustin Améga du bi-hebdomadaire Global Sport qui reste toutefois optimiste.

« Si jamais cette approche parvenait à faire annuler la sanction de la CAF, le joueur pourrait revenir sur sa décision… », espère le journaliste. La star togolaise a déclaré se retirer du football international, trois mois après le drame de Cabinda, qui pour lui, reste négativement gravée dans sa mémoire.

Alors que le bus qui transportait la sélection togolaise de football passait la frontière de l’Angola, celui-ci a essuyé des tirs de mitraillettes, faisant deux morts et des blessés.