Mis en cause par Lamine Diack, le président de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) qui avait laissé entendre récemment que les Lions n’avaient pas besoin du joueur de Blackburn pour avancer, El Hadji Diouf a sorti la mitraillette. L’ancien Lensois, dont le suivi de l’actualité politique de son pays semble réel, a en effet répliqué sèchement : « Moi je suis un footballeur qui n’a que le terrain comme lieu d’expression, a-t-il confié à l’Agence de presse sénégalaise, je n’entre pas dans la polémique avec quelqu’un qui veut briguer la magistrature suprême sans mouiller le maillot. » On prête à Lamine Diack, en effet, l’intention de présenter sa candidature à la prochaine élection présidentielle.