Reviendra? Reviendra pas? Les observateurs restent divisés sur la mise à l’écart d’El Hadji Diouf de la sélection nationale sénégalaise. Alors que le patron des Lions, Amara Traoré, observe, partisans et opposants de l’ancien attaquant de Lens se livrent à une rude bataille de mots.


A la veille de chaque rencontre des Lions, c’est la question qui revient: mais où est El Hadji Diouf? L’attaquant international sénégalais est absent de la sélection nationale depuis le 11 octobre 2008 et le nul entre le Sénégal face la Gambie. Alors compteur bloqué à 52 sélections pour l’ex-Lensois?

Sans doute. Du côté de ses détracteurs, Lamine Diack, président de l’Association internationale des fédérations d’athlétisme (IAAF), se montre ferme. Interrogé par la radio RFM, il a affirmé qu’une convocation de l’attaquant de Blackburn ne serait pas favorable à la sélection sénégalaise. « Si le Sénégal a encore besoin d’El Hadj, vous n’avez pas de football ! », a déclaré le président de l’IAAF, qui avait également dirigé la direction technique national du football sénégalais. Et il n’est pas le seul à partager cet avis tranché. De nombreux supporters gardent en travers de la gorge la décision de Diouf, ajoutée à son attitude dilettante et ses écarts de conduite, de mettre sa carrière internationale entre parenthèses en avril 2009 en critiquant la gestion de l’équipe nationale.

Retraite internationale en 2009

Mais l’attaquant de 29 ans possède un soutien de poids. Ferdinand Coly, son coéquipier à Lens puis en équipe nationale lors de l’épopée asiatique de la Coupe du monde 2002, aujourd’hui coordinateur de l’équipe nationale, est en persuadé: le buteur de Blackburn a sa place chez les Lions. « Vu son début de saison en championnat d’Angleterre, El Hadji Diouf, sportivement, a sa place en équipe nationale. Son expérience peut servir à mobiliser les défenseurs adverses. Il sait jouer avec son expérience, assure l’ex-défenseur, quart de finaliste du Mondial, dans les colonnes de L’Observateur. Après, il y a El Hadji Diouf en dehors de terrain. Mais, il n’a jamais triché avec l’équipe nationale. Je sais qu’il donnerait n’importe quoi pour refouler la pelouse du stade Léopold Sédar Senghor. Le dilemme d’Amara Traoré est de trancher. Même au niveau de la fédération. El Hadji par rapport à ce qu’il a fait pour l’équipe nationale mérite une autre sortie. Pas comme celle de Thierry Henry en équipe de France. Il y a un respect en tant que sportif. Après, c’est le choix du coach. S’il décide un jour de revenir sur sa décision de quitter l’équipe nationale en faisant une lettre, il pourra être sélectionnable. Après, c’est au président de la fédération d’examiner son cas, puis donner l’aval au sélectionneur de faire ce qu’il a envie de faire. »

L’ex-joueur du RC Lens est donc du même avis qu’El Hadj Malick Sy, ancien président de la Fédération sénégalaise de football, qui milite pour un retour de Diouf dans la tanière des Lions. « S’il n’était pas bon, il ne serait pas recruté par Blackburn. Avec ce que j’ai vu, Diouf a toujours sa place dans le dispositif de l’équipe. La poule dans laquelle le Sénégal doit aller compétition n’est pas une poule facile. Nous avons besoin de joueurs teigneux comme Diouf pour s’en sortir », a-t-il fait remarquer. Jusqu’ici Amara Traoré, le sélectionneur national, a ignoré ces plaidoyers pour l’ancien capitaine sénégalais. Le technicien ne l’a d’ailleurs pas convoqué dans la liste des 23 internationaux qui affronteront le 9 octobre l’île Maurice.