Fin avril, Emmanuel Adebayor, l’attaquant togolais de Manchester City, raccrochait ses crampons internationaux à cause de la fusillade de Cabinda, avant la CAN 2010. Un drame pour le football togolais qui se trouve aujourd’hui dans l’impasse. Mais l’enfant chéri de Lomé, déçu par les résultats des Eperviers, pourrait revenir sur sa décision.


C’est un fait: sans Emmanuel Adebayor, le Togo ne fait plus peur. Les Eperviers ont joué six matches sans leur buteur vedette, qui a pris sa retraite internationale après le drame de Cabinda. Bilan: deux matches nuls et quatre défaites.

Du coup, les hommes du Français Thierry Froger sont mal embarqués dans leur groupe K, qualificatif pour la CAN 2012, organisée conjointement par le Gabon et la Guinée Equatoriale. Avec deux petits points en trois rencontres, les Eperviers n’ont plus le choix: ils faut vaincre ou disparaître. Sauf que leur prochain match leur propose un adversaire de taille: la Tunisie, mi-octobre à Lomé.

Négociations en cours

Les Togolais ont besoin de toutes leurs forces pour se qualifier pour la prochaine Coupe d’Afrique et cela passe par un retour de l’attaquant de Manchester City. Le peuple le demande et la presse togolaise, depuis quelques jours, se fait l’écho d’une rumeur annonçant que l’ancien Gunner serait disposé à revenir en sélection, en mettant fin à sa retraite internationale, prise au lendemain de la fusillade de Cabinda.

Inquiet des derniers résultats de ses anciens coéquipiers, Adebayor aurait en effet entamé des négociations avec les dirigeants de la Fédération togolaise pour préparer sa réintégration dans le groupe de Thierry Froger, sélectionneur national. Des appels auraient notamment été passés entre le technicien français, le ministre des Sports et le joueur lui-même. Face à des Tunisiens contraints à la victoire pour espérer encore dans ce groupe, les Eperviers devront compter sur toutes leurs forces pour s’imposer. Et Adebayor en est évidemment la principale.

 A lire également: Togo: Et si Adebayor revenait?